• Recensere
  • Gustave Le Bon

    Gustave Le Bon 3.jpg

    Citationes

    « Avec la perte définitive de l'idéal ancien, la race finit par perdre entièrement son âme. Elle n'est plus qu'une poussière d'individus isolés et redevient ce qu'elle était à son point de départ : une foule. Elle en a tous les caractères transitoires sans consistance et sans lendemain. La civilisation n'a plus aucune fixité et est à la merci de tous les hasards. La plèbe est reine et les barbares avancent. La civilisation peut sembler brillante encore parce qu'elle possède la façade extérieure qu'un long passé a créée, mais c'est en réalité un édifice vermoulu que rien ne soutient plus et qui s'effondrera au premier orage.

    Passer de la barbarie à la civilisation en poursuivant un rêve, puis décliner et mourir dès que ce rêve a perdu sa force, tel est le cycle de la vie d'un peuple. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 125


    « Les vrais conducteurs des peuples sont ses traditions [...]. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 47


    Gustave Le Bon 2.jpg

    « L’athéisme, s’il était possible de le faire accepter aux foules, aurait toute l’ardeur intolérante d’un sentiment religieux, et, dans ses formes extérieures, deviendrait bientôt un culte. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 41


    « C'est toujours avec fureur que les croyants brisent les statues de leurs anciens dieux. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 82


    « La restriction progressive de toutes les libertés chez certains peuples, malgré une licence extérieure qui leur donne l'illusion de les posséder, semble résulter de leur vieillesse tout autant que d'un régime quelconque. Elle constitue un des symptômes précurseurs de cette phase de décadence à laquelle aucune civilisation n'a pu échapper jusqu'ici. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 123


    « Aujourd'hui devant la discussion et l'analyse, toute opinion perd son prestige ; ses angles s'usent vite, et il survit bien peu d'idées capables de nous passionner. L'homme moderne est de plus en plus envahi par l'indifférence. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 90


    « Les hommes de la Révolution, s’imaginant copier les Grecs et les Romains, ne faisaient que donner à des mots anciens un sens qu’ils n’eurent jamais. Quelle ressemblance pouvait exister entre les institutions des Grecs et celles que désignent de nos jours les mots correspondants ? Qu’était alors une république, sinon une institution essentiellement aristocratique formée d’une réunion de petits despotes dominant une foule d’esclaves maintenus dans la plus absolue sujétion. Ces aristocraties communales, basées sur l’esclavage, n’auraient pu exister un instant sans lui. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 61


    « Les révolutions qui commencent sont en réalité des croyances qui finissent. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 84


    « Au lieu de préparer des hommes pour la vie, l'école ne les prépare qu'à des fonctions publiques où la réussite n'exige aucune lueur d'initiative. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 53


    « C’est un symptôme bien curieux de voir de nos jours papes, rois et empereurs, se soumettre au mécanisme de l’interview, pour exposer leur pensée, sur un sujet donné, au jugement des foules. On a pu dire jadis que la politique n’était pas chose de sentiment. Pourrait-on le dire actuellement encore en la voyant prendre pour guide les impulsions de foules mobiles ignorant la raison, et dirigées seulement par le sentiment ? »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 88-89


    « Les inconvénients du suffrage universel sont évidemment trop visibles pour être méconnus. On ne saurait contester que les civilisations furent l’œuvre d’une petite minorité d’esprits supérieurs constituant la pointe d’une pyramide, dont les étages, s’élargissant à mesure que décroît la valeur mentale, représentent les couches profondes d’une nation. La grandeur d’une civilisation ne peut assurément dépendre du suffrage d’éléments inférieurs, représentant uniquement le nombre. Sans doute encore les suffrages des foules sont souvent bien dangereux. Ils nous ont déjà amené plusieurs invasions ; et avec le triomphe du socialisme, les fantaisies de la souveraineté populaire nous coûteront sûrement beaucoup plus cher encore. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 111


    « Chez les latins, le mot démocratie signifie surtout effacement de la volonté et de l'initiative de l'individu devant celles de l'État. Ce dernier est chargé de plus en plus de diriger, de centraliser, de monopoliser et de fabriquer. C'est à lui que tous les partis sans exception, radicaux, socialistes ou monarchistes, font constamment appel. Chez l’Anglo-Saxon, celui d'Amérique notamment, le même mot démocratie signifie au contraire développement intense de la volonté de l'individu, effacement de l'État, auquel en dehors de la police, de l'armée et des relations diplomatiques, on ne laisse rien diriger, pas même l'instruction. Le même mot possède donc chez ces deux peuples des sens absolument contraires. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 63


    « Ni les changements de milieu ni les conquêtes ne suffisent à modifier l'âme d'un peuple. Sa transformation n'est possible qu'au moyen de croisements répétés. Le sol, les institutions, la religion même ne changent pas l'âme d'une race.

    Les croisements n'ont d'ailleurs d'influence que s'ils s'opèrent entre peuples de mentalité voisine. Entre peuples de mentalité trop différente, ils sont désastreux. L'union des blancs avec les noirs, des Hindous ou des Peaux-Rouges n'a d'autre résultat que de désagréger chez les produits de ces unions tous les éléments de stabilité de l'âme ancestrale sans en créer de nouveaux. Les peuples de métis, tels que ceux du Mexique et des républiques espagnoles de l'Amérique, restent ingouvernables par cette seule raison qu'ils sont des métis. L'expérience a prouvé qu'aucune institution, aucune éducation ne pouvait les sortir de l'anarchie. »

    — Gustave Le Bon, Lois psychologiques de l'évolution des peuples (1894), éd. Félix Alcan, 1927, préface à la douzième édition, p. 7-8


    « Les hommes les plus dissemblables par leur intelligence ont des instincts, des passions, des sentiments parfois identiques. Dans tout ce qui est matière de sentiment : religion, politique, morale, affections, antipathies, etc., les hommes les plus éminents ne dépassent que bien rarement le niveau des individus ordinaires. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 12


    « Si la jalousie, l'envie et la haine pouvaient être éliminés de l'univers, le socialisme disparaîtrait le même jour. »

    — Gustave Le Bon, Les incertitudes de l'heure présente (1923), éd. Les amis de Gustave Le Bon, 1978, p. 339


    « L'imprécision des doctrines socialistes est un élément de leur succès. Il importe pour un dogme de ne se préciser qu'après avoir triomphé. »

    — Gustave Le Bon, Aphorismes du temps présent (1913), éd. Les amis de Gustave Le Bon, 1978, p. 247


    « Il est en Europe un État, la France, qui en est menacé [par l'immigration]. C’est un pays riche, dont la population ne s’accroît plus, entouré de pays pauvres dont la population s’accroît constamment. L’immigration de ces voisins est fatale, et d’autant plus fatale que les exigences croissantes de nos ouvriers la rendent nécessaire pour les besoins de l’agriculture et de l’industrie. Les avantages que trouvent ces émigrants sur notre sol sont évidents. [...] un travail plus facile et mieux rétribué que sur leur territoire natal. Ils se dirigent vers notre pays, non seulement parce qu’il est plus riche, mais aussi parce que la plupart des autres édictent chaque jour des mesures pour les repousser. L’invasion des étrangers est d’autant plus redoutable, que ce sont, naturellement, les éléments les plus inférieurs, ceux qui n’arrivaient pas à se suffire à eux-mêmes dans leur patrie, qui émigrent. Nos principes humanitaires nous condamnent à subir une invasion croissante d’étrangers. Ils n’étaient pas 400,000 il y a quarante ans, ils sont plus de 1,200,000 aujourd’hui, et ils arrivent en rangs chaque jour plus pressés. Si l’on ne considérait que le nombre d’italiens qu’elle contient, Marseille pourrait être qualifiée de colonie italienne. [...] Si les conditions actuelles ne changent pas, c’est-à-dire si ces invasions ne s’arrêtent pas, il faudra un temps bien court pour qu’en France un tiers de la population soit devenu allemand et un tiers italien. Que devient l’unité, ou simplement l’existence d’un peuple, dans des conditions semblables ? »

    • À propos de l'immigration venant des pays européens voisins dans les années 1890
    — Gustave Le Bon, Lois psychologiques de l'évolution des peuples (1894), éd. Félix Alcan, 1927, p. 124


    « L’idée que les institutions peuvent remédier aux défauts des sociétés, que le progrès des peuples résulte du perfectionnement des constitutions et des gouvernements et que les changements sociaux s'opèrent à coups de décrets ; cette idée, dis-je, est très généralement répandue encore. La Révolution française l’eut pour point de départ et les théories sociales actuelles y prennent leur point d’appui. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 49


    « Laissons donc la raison aux philosophes, mais ne lui demandons pas trop d'intervenir dans le gouvernement des hommes. Ce n'est pas avec la raison, et c'est souvent malgré elle, que se sont créés des sentiments tels que l'honneur, l'abnégation, la foi religieuse, l'amour de la gloire et de la patrie, qui ont été jusqu'ici les grands ressorts de toutes les civilisations. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 67


    « Les foules ne veulent plus aujourd'hui des dieux que leurs anciens maîtres ont reniés hier et contribué à briser. Les fleuves ne remontent pas vers leurs sources.

    La science n'a fait aucune banqueroute et n'est pour rien dans l'anarchie actuelle des esprits ni dans la puissance nouvelle qui grandit au milieu de cette anarchie. Elle nous a promis la vérité, ou au moins la connaissance des relations accessibles à notre intelligence ; elle ne nous a jamais promis ni la paix ni le bonheur. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 3


    « Avec tous ses progrès, la philosophie n'a pu encore offrir aux peuples aucun idéal capable de les charmer. Les illusions leur étant indispensables, ils se dirigent d'instinct, comme l'insecte allant à la lumière, vers les rhéteurs qui leur en présentent. Le grand facteur de l'évolution des peuples n'a jamais été la vérité, mais l'erreur. Et si le socialisme voit croître aujourd'hui sa puissance, c'est qu'il constitue la seule illusion vivante encore. Les démonstrations scientifiques n'entravent nullement sa marche progressive. Sa principale force est d'être défendu par des esprits ignorant assez les réalités des choses pour oser promettre hardiment à l'homme le bonheur. L'illusion sociale règne actuellement sur toutes les ruines amoncelées du passé, et l'avenir lui appartient. Les foules n'ont jamais eu soif de vérités. Devant les évidences qui leur déplaisent, elles se détournent, préférant déifier l'erreur, si l'erreur les séduit. Qui sait les illusionner est aisément leur maître ; qui tente de les désillusionner est toujours leur victime. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 64


    « L'individu peut accepter la contradiction et la discussion, la foule ne les supportent jamais. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 27


    « Dans les foules, l'imbécile, l'ignorant et l'envieux sont libérés du sentiment de leur nullité et de leur impuissance, que remplace la notion d'une force brutale, passagère, mais immense.

    L'exagération, chez les foules, porte malheureusement souvent sur de mauvais sentiments, reliquat atavique des instincts de l'homme primitif, que la crainte du châtiment oblige l'individu isolé et responsable à refréner. Ainsi s'explique la facilité des foules à se porter aux pires excès. »

    — Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895), éd. Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 (ISBN 9782130620624), p. 26


    Textus

    Bibliographia


    Logo.jpg