• Recensere
  • Herbert Spencer

    Herbert Spencer.jpg

    Citationes

    « Assez curieusement, il semble que (le citoyen) ait donné son consentement à travers n'importe lequel de ses actes : qu'il dise oui, qu'il dise non ou qu'il ne se prononce pas ! Quelle doctrine peu commode ! »

    « [...] ceux qui soutiennent que le peuple est la seule source légitime du pouvoir, – que l'autorité législative n'est pas originale, mais déléguée, – ceux-là ne sauraient nier le droit d'ignorer l'État sans s'enfermer dans une absurdité. [...] De même qu'un gouvernement ne peut justement agir pour le peuple que lorsqu'il y est autorisé par lui, de même il ne peut justement agir pour l'individu que lors qu'il y est autorisé par lui. »

    « L'impôt est une restriction de liberté. »

    « Comme corollaire à la proposition que toutes les institutions doivent être subordonnées à la loi d'égale liberté, nous devons nécessairement admettre le droit du citoyen d'adopter volontairement la condition de hors-la-loi. Si chaque homme a la liberté de faire tout ce qu'il veut, pourvu qu'il n'enfreigne pas la liberté égale de quelque autre homme, alors il est libre de rompre tout rapport avec l'État, - de renoncer à sa protection et de refuser de payer pour son soutien [...] il a par conséquent le droit de se retirer ainsi. »

    « La fonction du libéralisme dans le passé a été de mettre une limite aux pouvoirs des rois. La fonction du vrai libéralisme dans l'avenir sera de limiter le pouvoir des parlements. »

    « Non seulement les socialistes, mais encore les prétendus libéraux, qui leur préparent la voie, croient qu'avec de l'adresse les défauts de l'humanité peuvent être corrigés par de bonnes institutions. C'est une illusion. Quelle que soit la structure sociale, la nature défectueuse des citoyens se manifestera dans les mauvais effets qu'elle produira. Il n'y a point d'alchimie politique à l'aide de laquelle on puisse transformer des instincts de plomb en une conduite d'or. »

    « Le bien être de l’humanité existante et le progrès vers la perfection finale sont assurés l’un et l’autre par cette discipline bienfaisante mais sévère, à laquelle toute la nature animée est assujettie : discipline impitoyable, loi inexorable qui mènent au bonheur mais qui ne fléchissent jamais pour éviter des souffrances partielles et temporaires. La pauvreté des incapables, la détresse des imprudents, le dénuement des paresseux, cet écrasement des faibles par les forts, qui laisse un si grand nombre ‘dans les bas-fonds et la misère’ (en français dans le texte) sont les décrets d’une bienveillance immense et prévoyante. »

    • Herbert Spencer, L’Individu contre l’État, éd. Editions Manucius, 2008, p. 96

    "Civilization is a progress from an indefinite, incoherent homogeneity toward a definite, coherent heterogeneity."

    « Les traits de caractères intellectuel du sauvage […] se retrouvent chez l’enfant civilisé. »

    "A man’s liberties are none the less aggressed upon because those who coerce him do so in the belief that he will be benefited."

    « Les libertés d’un homme ne sont pas moins agressées quand que ceux qui le contraignent le font en pensant qu’il en bénéficiera. »

    "All socialism involves slavery. That which fundamentally distinguishes the slave is that he labours under coercion to satisfy anothers desires."

    Herbert Spencer 2.jpg

    Bibliographia



    Logo.jpg