• Recensere
  • Jacques Necker

    Jacques Necker.jpg

    Citationes

    « Le règne de la violence et le règne de l'égalité ont ensemble un étroit rapport. Les idées d'égalité absolue, en multipliant à l'infini les prétentions, obligent à multiplier de même et les fonctions publiques et les parts à l'exercice de l'autorité [...]. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), in Œuvres complètes, éd. Auguste Louis baron de Staël-Holstein, 1821, t. 10, p. 399

    « Examinons cette égalité dont on entretient les hommes, cette égalité dont la chimère ne sert qu’à les tromper et à les rendre injustes.

    Elle est incompatible avec l’ordre public ; elle contrarie essentiellement la liberté ; elle est encore en opposition avec la morale ; elle ne s’accorde pas même avec le bonheur individuel. Voilà les vérités que je me propose de développer. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), p. 33

    « C’est par une fiction, c’est par un abus de l’idée attachée à un nom collectif, que les adulateurs de la multitude espèrent de nous tromper. Ils nous disent bénignement que le peuple étant la volonté générale personnifiée, il ne peut jamais devenir un tyran. Mais le peuple n’est un être collectif que par abstraction, son unité disparaît dès qu’il veut agir : on ne voit plus alors que ses passions et tous les mouvements irréguliers qui en font l’effet nécessaire. Ainsi l’égalité absolue qui crée, pour ainsi dire, à l’instant, la toute-puissance du nombre ; l’égalité absolue qui anéantit l’autorité morale, cette autorité la plus ingénieuse et la plus utile des idées sociales ; l’égalité absolue amène forcément un despotisme aveugle et sans frein, et dont, l’action universelle se manifeste dans tous les sens et sous toutes les formes ; un despotisme encore, qui, loin d’être un despotisme unique, un despotisme simple, s’exerce tour à tour, et par le peuple en tumulte, et par les hommes instruits dans l’art de dominer la multitude, dans l’art de lui donner et de lui choisir des passions. Quel maître cependant, quel maître à servir ou à ménager qu’une hydre à vingt millions de tètes ! Et serait-ce aux pieds d’un tel maître que la liberté pourrait exister ? Serait-ce environnée de tant de volontés menaçantes et dans l’abaissement d’un sentiment craintif qu’elle pourrait conserver son noble caractère ? Certes, pour la rassurer cette liberté au milieu d’une situation si critique et si périlleuse, il lui faut une autre garantie, il lui faut une autre sauvegarde que des maximes hypocrites et des promesses philosophiques. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), pp. 68-69

    « Quoi qu’il en soit, on nous a bien trompés en nous présentant la liberté et l’égalité comme deux principes inséparables ; ils ne sont unis, ils ne sont alliés qu’à titre d’abstractions et par leur parentage métaphysique ; mais en réalité la liberté et l’égalité, introduites ensemble sur un vaste théâtre, seront constamment en opposition. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), p. 71

    « Une égalité d’intérêt, une égalité de position, une égalité d’éducation, une égalité enfin qui n’exista jamais, pourraient seules autoriser l’attribution du droit de souveraineté à la pluralité des suffrages ; mais aucune disposition législative, aucun acte de violence, aucune tyrannie n’établiront un nivellement durable. C’est donc la nature qui nous créant inégaux en esprit, en force et en talents, nous a défendu de consacrer au milieu de nous la souveraineté du nombre : c’est elle qui nous l’a défendu dans son immuable sagesse ; et nous ne pouvons désobéir à cette éternelle loi, sans nous exposer à une guerre intestine et sans renoncer pour toujours aux avantages généraux et communs qui naissent de l’union des hommes en société. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), p. 83

    « Etrange bizarrerie de l’homme ! Il fait la route de la vie au milieu de tous les genres d’inégalités ; disparités de beauté, d’esprit et de talent ; disparités de lumières, de mémoire et de prévoyance ; disparités de fortune et d’éducation ; disparités enfin de force et de santé : il se soumet, il se résigne au moins à ces différences réelles, et il ne veut pas supporter la supériorité la plus idéale celle des rangs et des conditions ; il ne le veut pas, et pour la détruire, il expose l’ordre public, il compromet la liberté, il ébranle tous les fondements de l’harmonie sociale ; et se jouant des leçons de l’expérience, c’est pour une chimère qu’il est prêt à troubler le repos du monde.

    On l’a dit de tout temps, et cependant on ne le sait pas encore ; les degrés de bonheur ne sont point déterminés par le rang qu’on occupe dans l’ordre social. Nous marchons tous vers un but, et quand nous y sommes parvenus, nous en cherchons un autre. Je serai content si je puis arriver là, disent presque tous les hommes au moment où ils disposent en imagination du domaine de l’avenir ; mais ce terme n’est point un gîte permanent, un lieu de satisfaction et de repos : nous le croyons tel à distance ; mais quand nous y sommes arrivés, nous voyons que c’est une simple hôtellerie, et après une courte halte, nous demandons des chevaux pour aller plus loin. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), p. 108

    « Le principe de l’égalité, converti en passion et en fanatisme politique, amène, ainsi que nous le voyons, la haine de tous les genres de distinction [...]. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), pp. 128

    « On ne veut pas le voir ; mais il faut oser le dire, il n’y a d’égalité que pour le néant et la mort [...]. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), pp. 141
    Jacques Necker 2.jpg

    « Virgile nous dit qu’Eole, pour satisfaire l’orgueil et la vengeance d’une déesse outragée, frappa de son sceptre de fer la voûte souterraine où tous les vents demeuraient enfermés. Ils virent leur prison entrouverte ; et aussitôt s’échappant avec furie, ils agitent, ils renversent tout sur leur passage, les temples, les palais et les plus anciens ouvrages des hommes. Les mers s’élevèrent au-dessus des rivages, la terre parut changée dans une vaste plaine liquide, et Neptune alors prononça ce Quos ego devenu depuis si célèbre dans l’histoire de la fable.

    Ces images poétiques semblent l’allégorie du temps présent.

    Nos rois des vents, les philosophes en métaphysique, ont servi la haine et l’envie, en répandant, en propageant partout les idées théoriques et les maximes spéculatives, détenues jusqu’à nos jours dans les obscures retraites de l’école, ou soumises, dès l’instant de leur action, au joug de la sagesse et de la raison. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), p. 31

    « Quelle est cependant la vérité, si l’on ose la dire ? C’est que le peuple, contenu dans une circonscription de vœux et d’intérêts, proportionnée au petit cercle de ses idées, aura, comme autrefois, la morale et l’esprit de sa situation ; mais quand on le sort de sa sphère pour l’associer en grande masse aux controverses ou aux opinions politiques, il ne mérite et ne peut mériter aucun des éloges que la flatterie lui prodigue ; il n’est alors, il n’est le plus souvent, ni juste, ni reconnaissant, ni doux, ni généreux, ni sage, ni clairvoyant, ni tel enfin que ses courtisans le dépeignent. Ce n’est pas la faute de sa nature ; mais privé des recours de l’éducation, toutes ses perceptions, toutes ses facultés intellectuelles se ressentent de ce premier abandon. Il n’a jamais eu le temps non plus de s’éclairer lui-même ; il n’a jamais eu le loisir d’étudier, de considérer même l’organisation sociale ; il est quelquefois un bon juge à grande distance, parce que les différentes idées de gouvernement se convertissent, après un long cours, dans un petit nombre de résultats simples et à la portée du plus grand nombre des esprits ; mais ces idées, dans leur principe, sont trop mixtes, trop composées pour devoir être soumises au tribunal du grand nombre ou à son influence impérieuse ; et c’est pour le véritable intérêt du peuple, qu’il faut écarter son intervention journalière.

    Et peut-on ignorer encore que ses habitudes grossières l’éloignent de tous les sentiments de modération ? Peut-on ignorer, peut-on se dissimuler que les regards fixés sur l’instant présent, et voyant passer devant lui tous ces fantômes de bonheur qui suivent la fortune, il doit penser que l’état social et un système d’injustice ? Il ne peut pas connaître que les différences de propriété sont le résultat inévitable et des lois de la nature et des lois de réunion qui ont permis aux hommes de se mêler et de vivre en communauté sans querelles ; il peut encore moins apercevoir que l’échelle du bonheur est absolument distinct des gradations de rangs et de richesses, et il doit prendre ses nombreux sentiments d’envie comme autant de dénonciateurs d’une félicité parfaite à laquelle il n’a point de part. »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), pp. 66-67

    « La grande masse des hommes a besoin d’être circonscrite dans ses vœux et dans son ambition. Les prétentions illimitées ne peuvent s’accorder avec la mesure de ses lumières et avec les lois immuables de la nature. Cependant l’effet immédiat de l’égalité absolue est de détruire la multitude innombrable de compartiments introduits dans la société par la distinction des états, des rangs et des fortunes ; et nomme se trouve alors dans un espace ouvert de toutes parts et dont il ne peut garder les différentes avenues.

    Comment d’ailleurs lui parler de ses devoirs lorsqu’on l’occupe à tout moment de ses droits ? Comment lui parler de réserve et de retenue, lorsqu’aucune barrière, aucun terme ne se présentent à sa vue ? Comment lui parler de sacrifices obscurs, lorsque la société entière n’est plus qu’un théâtre ? Comment lui parler enfin d’indulgence et de générosité, lorsque pour soutenir son crédit et pour assurer son avancement politique, il a besoin de se prêter à toutes les irritations de la multitude ? »

    • Jacques Necker, Réflexions philosophiques sur l'égalité (1793), éd. Les Belles Lettres, coll. Bibliothèque classique de la liberté, 2005 (ISBN 9782251390406), pp. 121-122

    Bibliographia

    Logo.jpg