• Recensere
  • Philippe Muray

    Philippe Muray.jpg

    Citationes

    « Voilà la crise dans son ensemble et en détail : la volonté de chacun d’avoir des opinions, la décision de chaque sujet de se montrer indépendant, la libre pensée ne faisant jamais rien d’autre dans sa recherche de la liberté que remplacer l’ancienne religion par la superstition, c’est-à-dire des bouts de croyance choisis pour leur commodité subjective et remontés dans un ordre qui paraît naturel. »

    • Philippe Muray, Le 19e siècle à travers les âges (1984), éd. Denoël, 1984, p. 279

    « La Société théosophique a pour mission d’apporter au monde la morale féminine qui lui manque. Tout syncrétisme constituant un retour au fond éternellement refoulé des religions après érosion et rabotage de leurs pics les plus élevés, donc les plus gênants, nous ramène à la femme. Cette déesse-mère qu’Abraham puis Moïse repoussèrent. La femme ne s’émancipera que si l’on parvient à saper la toute-puissance du “dieu mâle” d’Israël. »

    • Philippe Muray, Le 19e siècle à travers les âges (1984), éd. Denoël, 1984, p. 169

    « Chers djihadistes,

    L'Occident s'achève en bermuda [...] Craignez le courroux de l'homme en bermuda. Craignez la colère du consommateur, du voyageur, du touriste, du vacancier descendant de son camping-car ! Vous nous imaginez vautrés dans des plaisirs et des loisirs qui nous ont ramollis. Eh bien, nous lutterons comme des lions pour protéger notre ramollissement. »

    • Philippe Muray, Chers Djihadistes (2002), éd. Mille et Une Nuits, 2002

    « Notre temps est si rongé de bonnes intentions, si désireux de faire le bien qu’il voit le mal partout [...]. »

    • Philippe Muray, Après l’Histoire, in Essais, éd. Les Belles Lettres, 2010 (ISBN 9782251443935), p. 178

    « Les Lumières et l’illuminisme. Le jour et la nuit, l’envers et l’endroit, l’ordre et le désordre, le phénotexte et le génotexte ? En français, la pensée dominante du 18e s’appelle Lumières et en italien illuminismo. Démasquage en passant d’une langue à l’autre. Traduction de l’illuminisme, trahison des Lumières. Et rétroversion dès lors nécessaire. Pour radiographer, voir le mouvement sous-cutané, observer les poumons de l’époque. Ce qu’on ne voit jamais à l’oeil nu. Comme une sorte d’art de l’écorché. »

    • Philippe Muray, Le 19e siècle à travers les âges (1984), éd. Denoël, 1984, p. 181


    Logo.jpg