• Modifier
  • Arthur de Gobineau : Différence entre versions

    (Citations)
     
    (4 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
    Ligne 1 : Ligne 1 :
     
    {{Image|Joseph Arthur de Gobineau|}}
     
    {{Image|Joseph Arthur de Gobineau|}}
    == Citationes ==
    +
    == Citations ==
      
     
    « '''[...] je n’attache du prix qu’au sang et pas à la ''civilisation''.''' »
     
    « '''[...] je n’attache du prix qu’au sang et pas à la ''civilisation''.''' »
    Ligne 16 : Ligne 16 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=VI
    +
    |volume=VI
     
    |chapitre=Conclusion générale
     
    |chapitre=Conclusion générale
     
    |page=561}}
     
    |page=561}}
    Ligne 27 : Ligne 27 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=VI
    +
    |volume=VI
     
    |chapitre=Conclusion générale
     
    |chapitre=Conclusion générale
     
    |page=560}}
     
    |page=560}}
    Ligne 38 : Ligne 38 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=VI
    +
    |volume=VI
     
    |chapitre=Conclusion générale
     
    |chapitre=Conclusion générale
     
    |page=543-544}}
     
    |page=543-544}}
    Ligne 51 : Ligne 51 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=II
    +
    |volume=II
     
    |chapitre=VII
     
    |chapitre=VII
     
    |page=362-363}}
     
    |page=362-363}}
    Ligne 62 : Ligne 62 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=I
    +
    |volume=I
     
    |chapitre=XVI
     
    |chapitre=XVI
     
    |page=220}}
     
    |page=220}}
    Ligne 73 : Ligne 73 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=I
    +
    |volume=I
     
    |chapitre=IV
     
    |chapitre=IV
     
    |page=28}}
     
    |page=28}}
      
    « Je pense donc que le mot ''dégénéré'', s’appliquant à un peuple, doit signifier et signifie que ce peuple n’a plus la valeur intrinsèque qu’autrefois il possédait, parce qu’il n’a plus dans ses veines le même sang, dont des alliages successifs ont graduellement modifié la valeur ; autrement dit, qu’avec le même nom, il n’a pas conservé la même race que ses fondateurs ; enfin, que l’homme de la décadence, celui qu’on appelle l’homme ''dégénéré'', est un produit différent, au point de vue ethnique, du héros des grandes époques. [...] Il mourra définitivement, et sa civilisation avec lui, le jour où l’élément ethnique primordial se trouvera tellement subdivisé et noyé dans des apports de races étrangères, que la virtualité de cet élément n’exercera plus désormais d’action suffisante. Elle ne disparaîtra pas, sans doute, d’une manière absolue ; mais, dans la pratique, elle sera tellement combattue, tellement affaiblie, que sa force deviendra de moins en moins sensible, et c’est à ce moment que la dégénération pourra être considérée comme complète, et que tous ses effets apparaîtront. »
    +
    « Je pense donc que le mot ''dégénéré'', s’appliquant à un peuple, doit signifier et signifie que ce peuple n’a plus la valeur intrinsèque qu’autrefois il possédait, parce qu’il n’a plus dans ses veines le même sang, dont des alliages successifs ont graduellement modifié la valeur ; autrement dit, qu’avec le même nom, il n’a pas conservé la même race que ses fondateurs ; enfin, que l’homme de la décadence, celui qu’on appelle l’homme ''dégénéré'', est un produit différent, au point de vue ethnique, du héros des grandes époques. Je veux bien qu’il possède quelque chose de son essence ; mais, plus il dégénère, plus ce quelque chose s’atténue. Les éléments hétérogènes qui prédominent désormais en lui composent une nationalité toute nouvelle et bien malencontreuse dans son originalité ; il n’appartient à ceux qu’il dit encore être ses pères, qu’en ligne très collatérale. Il mourra définitivement, et sa civilisation avec lui, le jour où l’élément ethnique primordial se trouvera tellement subdivisé et noyé dans des apports de races étrangères, que la virtualité de cet élément n’exercera plus désormais d’action suffisante. Elle ne disparaîtra pas, sans doute, d’une manière absolue ; mais, dans la pratique, elle sera tellement combattue, tellement affaiblie, que sa force deviendra de moins en moins sensible, et c’est à ce moment que la dégénération pourra être considérée comme complète, et que tous ses effets apparaîtront. »
     
    {{Réf Livre
     
    {{Réf Livre
     
    |auteur=Arthur de Gobineau
     
    |auteur=Arthur de Gobineau
    Ligne 84 : Ligne 84 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=I
    +
    |volume=I
     
    |chapitre=IV
     
    |chapitre=IV
     
    |page=24}}
     
    |page=24}}
    Ligne 95 : Ligne 95 :
     
    |éditeur=Didot
     
    |éditeur=Didot
     
    |année=1884
     
    |année=1884
    |livre=I
    +
    |volume=I
     
    |chapitre=I
     
    |chapitre=I
     
    |page=1
     
    |page=1
     
    }}
     
    }}
      
    == Citationes de Arthur de Gobineau ==
    +
    == Citations sur Arthur de Gobineau ==
      
     
    « Dans la première hypothèse, la réalité de la race s’opère dans des temps si reculés qu’il est impossible d’en rien connaître. Il ne s’agit pas d’une hypothèse scientifique, c’est-à-dire vérifiable même indirectement par ses conséquences lointaines, mais d’une affirmation catégorique ayant valeur d’axiome qu’on pose dans l’absolu, parce qu’on estime impossible, sans elle, de rendre compte des différences actuelles. Telle était déjà la doctrine de [[Arthur de Gobineau|Gobineau]], à qui l’on attribue la paternité du racisme, bien qu’il eût été parfaitement conscient que les races n’étaient pas des phénomènes observables ; il les postulait seulement comme les conditions a priori de la diversité des cultures historiques, qui lui semblait autrement inexplicable, tout en reconnaissant que les populations ayant donné naissance à ces cultures étaient issues de mélanges entre des groupes humains qui, eux-mêmes, avaient déjà résulté d’autres mélanges. Si donc on essaye de faire remonter les différences raciales aux origines, on s’interdit par là d’en rien savoir, et ce dont on débat en fait n’est pas la diversité des races, mais la diversité des cultures. »
     
    « Dans la première hypothèse, la réalité de la race s’opère dans des temps si reculés qu’il est impossible d’en rien connaître. Il ne s’agit pas d’une hypothèse scientifique, c’est-à-dire vérifiable même indirectement par ses conséquences lointaines, mais d’une affirmation catégorique ayant valeur d’axiome qu’on pose dans l’absolu, parce qu’on estime impossible, sans elle, de rendre compte des différences actuelles. Telle était déjà la doctrine de [[Arthur de Gobineau|Gobineau]], à qui l’on attribue la paternité du racisme, bien qu’il eût été parfaitement conscient que les races n’étaient pas des phénomènes observables ; il les postulait seulement comme les conditions a priori de la diversité des cultures historiques, qui lui semblait autrement inexplicable, tout en reconnaissant que les populations ayant donné naissance à ces cultures étaient issues de mélanges entre des groupes humains qui, eux-mêmes, avaient déjà résulté d’autres mélanges. Si donc on essaye de faire remonter les différences raciales aux origines, on s’interdit par là d’en rien savoir, et ce dont on débat en fait n’est pas la diversité des races, mais la diversité des cultures. »
    Ligne 106 : Ligne 106 :
     
    — [[Claude Lévi-Strauss]], ''[[Race et Culture - Claude Lévi-Strauss|Race et Culture]]'', 22 mars 1971
     
    — [[Claude Lévi-Strauss]], ''[[Race et Culture - Claude Lévi-Strauss|Race et Culture]]'', 22 mars 1971
      
    == Bibliographia ==
    +
    == Bibliographie ==
    {{Affiliation|https://www.gibert.com/arthur-de-gobineau-11064927.html|https://media.gibert.com/media/catalog/product/cache/9793e3cb2e3429cff6c2eb752d5a8af6/c/_/c_9782867145278-9782867145278_1.jpg}}
    +
    {{Affiliation|http://www.librairiefrancaise.fr/fr/biographies-et-memoires/7546-arthur-degobineau-jacques-bressler-9782867145278.html|http://www.librairiefrancaise.fr/6027-home_default/arthur-degobineau-jacques-bressler.jpg}}
    {{Affiliation|https://www.gibert.com/lire-gobineau-aujourd-hui-10870506.html|https://media.gibert.com/media/catalog/product/cache/9793e3cb2e3429cff6c2eb752d5a8af6/c/_/c_9782363712943-9782363712943_1.jpg}}
     
      
     
    [[Category:Auctor]]
     
    [[Category:Auctor]]
     
    {{DEFAULTSORT:Gobineau, Arthur de}}
     
    {{DEFAULTSORT:Gobineau, Arthur de}}
     
    {{Facebook}}
     
    {{Facebook}}

    Version actuelle datée du 18 juin 2022 à 20:40

    Joseph Arthur de Gobineau.jpg

    Citations

    « [...] je n’attache du prix qu’au sang et pas à la civilisation. »

    — Arthur de Gobineau, Lettre à Cosima Wagner, 19 juillet 1881


    « [...] les hommes se ressembleront tous. Leur taille, leurs traits, leurs habitudes corporelles, seront semblables. Ils auront même dose de forces physiques, directions pareilles dans les instincts, mesures analogues dans les facultés, et ce niveau général, encore une fois, sera de la plus révoltante humilité.

    Les nations, non, les troupeaux humains, accablés sous une morne somnolence, vivront dès lors engourdis dans leur nullité, comme les buffles ruminants dans les flaques stagnantes des marais Pontins. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. VI, chap. Conclusion générale, p. 561


    « L’espèce blanche, considérée abstractivement, a désormais disparu de la face du monde. Après avoir passé l’âge des dieux, où elle était absolument pure ; l’âge des héros, où les mélanges étaient modérés de force et de nombre ; l’âge des noblesses, où des facultés, grandes encore, n’étaient plus renouvelées par des sources taries, elle s’est acheminée plus ou moins promptement, suivant les lieux, vers la confusion définitive de tous ses principes, par suite de ses hymens hétérogènes. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. VI, chap. Conclusion générale, p. 560


    « Un peuple a toujours besoin d’un homme qui comprenne sa volonté, la résume, l’explique, et le mène où il doit aller. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. VI, chap. Conclusion générale, p. 543-544


    « Il me semble voir un Bambara assistant à l’exécution d’un des airs qui lui plaisent. Son visage s’enflamme, ses yeux brillent. Il rit, et sa large bouche montre, étincelantes au milieu de sa face ténébreuse, ses dents blanches et aiguës. [...] Des sons inarticulés font effort pour sortir de sa gorge, que comprime la passion ; de grosses larmes roulent sur ses joues proéminentes ; encore un moment, il va crier : la musique cesse, il est accablé de fatigue. [...]

    Ainsi le nègre possède au plus haut degré la faculté sensuelle sans laquelle il n’y a pas d’art possible ; et, d’autre part, l’absence des aptitudes intellectuelles le rend complètement impropre à la culture de l’art, même à l’appréciation de ce que cette noble application de l’intelligence des humains peut produire d’élevé. Pour mettre ses facultés en valeur, il faut qu’il s’allie à une race différemment douée. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. II, chap. VII, p. 362-363


    L’histoire « nous montre que toute civilisation découle de la race blanche, qu’aucune ne peut exister sans le concours de cette race, et qu’une société n’est grande et brillante qu’à proportion qu’elle conserve plus longtemps le noble groupe qui l’a créée, et que ce groupe lui-même appartient au rameau le plus illustre de l’espèce. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. I, chap. XVI, p. 220


    « [...] l’humanité éprouve, dans toutes ses branches, une répulsion secrète pour les croisements [...]. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. I, chap. IV, p. 28


    « Je pense donc que le mot dégénéré, s’appliquant à un peuple, doit signifier et signifie que ce peuple n’a plus la valeur intrinsèque qu’autrefois il possédait, parce qu’il n’a plus dans ses veines le même sang, dont des alliages successifs ont graduellement modifié la valeur ; autrement dit, qu’avec le même nom, il n’a pas conservé la même race que ses fondateurs ; enfin, que l’homme de la décadence, celui qu’on appelle l’homme dégénéré, est un produit différent, au point de vue ethnique, du héros des grandes époques. Je veux bien qu’il possède quelque chose de son essence ; mais, plus il dégénère, plus ce quelque chose s’atténue. Les éléments hétérogènes qui prédominent désormais en lui composent une nationalité toute nouvelle et bien malencontreuse dans son originalité ; il n’appartient à ceux qu’il dit encore être ses pères, qu’en ligne très collatérale. Il mourra définitivement, et sa civilisation avec lui, le jour où l’élément ethnique primordial se trouvera tellement subdivisé et noyé dans des apports de races étrangères, que la virtualité de cet élément n’exercera plus désormais d’action suffisante. Elle ne disparaîtra pas, sans doute, d’une manière absolue ; mais, dans la pratique, elle sera tellement combattue, tellement affaiblie, que sa force deviendra de moins en moins sensible, et c’est à ce moment que la dégénération pourra être considérée comme complète, et que tous ses effets apparaîtront. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. I, chap. IV, p. 24


    « La chute des civilisations est le plus frappant et en même temps le plus obscur de tous les phénomènes de l’histoire. »

    — Arthur de Gobineau, Essai sur l’inégalité des races humaines (1853), éd. Didot, 1884, vol. I, chap. I, p. 1


    Citations sur Arthur de Gobineau

    « Dans la première hypothèse, la réalité de la race s’opère dans des temps si reculés qu’il est impossible d’en rien connaître. Il ne s’agit pas d’une hypothèse scientifique, c’est-à-dire vérifiable même indirectement par ses conséquences lointaines, mais d’une affirmation catégorique ayant valeur d’axiome qu’on pose dans l’absolu, parce qu’on estime impossible, sans elle, de rendre compte des différences actuelles. Telle était déjà la doctrine de Gobineau, à qui l’on attribue la paternité du racisme, bien qu’il eût été parfaitement conscient que les races n’étaient pas des phénomènes observables ; il les postulait seulement comme les conditions a priori de la diversité des cultures historiques, qui lui semblait autrement inexplicable, tout en reconnaissant que les populations ayant donné naissance à ces cultures étaient issues de mélanges entre des groupes humains qui, eux-mêmes, avaient déjà résulté d’autres mélanges. Si donc on essaye de faire remonter les différences raciales aux origines, on s’interdit par là d’en rien savoir, et ce dont on débat en fait n’est pas la diversité des races, mais la diversité des cultures. »

    Claude Lévi-Strauss, Race et Culture, 22 mars 1971

    Bibliographie

    arthur-degobineau-jacques-bressler.jpg