• Recensere
  • Charles Baudelaire

    Charles Baudelaire.jpg

    Citationes

    « Il n'y a de grand parmi les hommes que le poète, le prêtre et le soldat. L'homme qui chante, l'homme qui sacrifie et se sacrifie. Le reste est fait pour le fouet. »

    — Charles Baudelaire, « Mon cœur mis à nu (1887) », dans Œuvres complètes, éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2004, p. 416


    « Il n’y a de gouvernement raisonnable et assuré que l’aristocratique.

    Monarchie ou république, basées sur la démocratie, sont également absurdes et faibles. »

    — Charles Baudelaire, « Mon cœur mis à nu (1887) », dans Œuvres posthumes, éd. Mercure de France, 1908, p. 107


    « C’est toujours le gouvernement précédent qui est responsable des mœurs du suivant, en tant qu’un gouvernement puisse être responsable de quoi que ce soit. »

    — Charles Baudelaire, « Mon cœur mis à nu (1887) », dans Œuvres posthumes, éd. Mercure de France, 1908, p. 121


    « Toute révolution a pour corollaire le massacre des innocents. »

    — Charles Baudelaire, Pensées d’album, aphorismes sur un croquis d’interview par Nadar, éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, t. I, p. 710


    « Malgré les secours que quelques cuistres célèbres ont apportés à la sottise naturelle de l’homme, je n’aurais jamais cru que notre patrie pût marcher avec une telle vélocité dans la voie du progrès. Ce monde a acquis une épaisseur de vulgarité qui donne au mépris de l’homme spirituel la violence d’une passion. Mais il est des carapaces heureuses que le poison lui-même n’entamerait pas. »

    — Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal (1857), éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, t. I, Projets de préface, p. 181


    « Il s'agit, pour lui, de dégager de la mode ce qu'elle peut contenir de poétique dans l'historique, de tirer l'éternel du transitoire. […] La modernité, c'est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l'art, dont l'autre moitié est l'éternel et l'immuable. »

    — Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne (1863), éd. Calmann Lévy, 1885, t. III. L’Art romantique, p. 70


    « Il n’y a rien d’intéressant sur la terre que les religions. »

    — Charles Baudelaire, « Mon cœur mis à nu (1887) », dans Œuvres posthumes, éd. Mercure de France, 1908, p. 118


    « Mes chers frères, n’oubliez jamais, quand vous entendrez vanter le progrès des lumières, que la plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu’il n’existe pas ! »

    — Charles Baudelaire, « Les Paradis artificiels (1860) », dans Œuvres complètes de Charles Baudelaire, éd. Michel Lévy frères, 1869, t. IV. Petits Poèmes en prose, Le Joueur généreux, p. 89-90


    « Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie : “N’importe où ! n’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde !” »

    — Charles Baudelaire, « Les Paradis artificiels (1860) », dans Œuvres complètes de Charles Baudelaire, éd. Michel Lévy frères, 1869, t. IV. Petits Poèmes en prose, Anywhere out of the world, p. 141


    « Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. »

    — Charles Baudelaire, « Les Paradis artificiels (1860) », dans Œuvres complètes de Charles Baudelaire, éd. Michel Lévy frères, 1869, t. IV. Petits Poèmes en prose, Anywhere out of the world, p. 140


    « Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
    Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
    Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
    Le navire glissant sur les gouffres amers.

    A peine les ont-ils déposés sur les planches,
    Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
    Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
    Comme des avirons traîner à côté d’eux.

    Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
    Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
    L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
    L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

    Le Poëte est semblable au prince des nuées
    Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
    Exilé sur le sol au milieu des huées,
    Ses ailes de géant l’empêchent de marcher. »

    — Charles Baudelaire, « Les Fleurs du Mal (1857) », dans Œuvres complètes de Charles Baudelaire, éd. Michel Lévy frères, 1868, t. I, L'Albatros, p. 89


    « Amer savoir, celui qu’on tire du voyage !
    Le monde, monotone et petit, aujourd’hui,
    Hier, demain, toujours, nous fait voir notre image :
    Une oasis d’horreur dans un désert d’ennui ! »

    — Charles Baudelaire, « Les Fleurs du Mal (1857) », dans Œuvres complètes de Charles Baudelaire, éd. Michel Lévy frères, 1868, t. I, Le Voyage, p. 349


    Bibliographia

    Logo.jpg
    Cheap Jerseys Wholesale Jerseys Cheap Jerseys Wholesale Jerseys Cheap Jerseys Cheap NFL Jerseys Wholesale Jerseys Wholesale Football Jerseys Wholesale Jerseys Wholesale NFL Jerseys Cheap NFL Jerseys Wholesale NFL Jerseys Cheap NHL Jerseys Wholesale NHL Jerseys Cheap NBA Jerseys Wholesale NBA Jerseys Cheap MLB Jerseys Wholesale MLB Jerseys Cheap College Jerseys Cheap NCAA Jerseys Wholesale College Jerseys Wholesale NCAA Jerseys Cheap Soccer Jerseys Wholesale Soccer Jerseys Cheap Soccer Jerseys Wholesale Soccer Jerseys