• Recensere
  • Christopher Lasch

    Redactio 08:36, 14 Augusti 2019 a conlatore Europa7 (Disputatio | conlationes) facta
    Christopher Lasch.jpg

    Citationes

    « [...] la culture de l’individualisme compétitif [...] dans sa décadence, a poussé la logique de l’individualisme jusqu’à l’extrême de la guerre de tous contre tous, et la poursuite du bonheur jusqu’à l’impasse d’une obsession narcissique de l’individu par lui-même. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), Préface, p. 24


    « De nombreux radicaux s’insurgent encore contre la famille autoritaire, le moralisme antisexuel, la censure littéraire, la morale du travail et autres piliers de l’ordre bourgeois, alors que ceux-ci ont déjà été sapés ou détruits par le capitalisme avancé. Ces radicaux ne voient pas que la “personnalité autoritaire” n’est plus le prototype de l’homme économique. Ce dernier a lui-même cédé la place à l’homme psychologique de notre temps — dernier avatar de l’individualisme bourgeois. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), Préface, p. 24


    « Le nouveau Narcisse est hanté, non par la culpabilité mais par l’anxiété. Il ne cherche pas à imposer ses propres certitudes aux autres ; il cherche un sens à sa vie. Libéré des superstitions du passé, il en arrive à douter de la réalité de sa propre existence. Superficiellement détendu et tolérant, il montre peu de goût pour les dogmes de pureté raciale ou ethnique ; mais il se trouve également privé de la sécurité que donne la loyauté du groupe et se sent en compétition avec tout le monde pour l’obtention des faveurs que dispense l’État paternaliste. [...] Il prône la coopération et le travail en équipe tout en nourrissant des impulsions profondément antisociales. Il exalte le respect des règlements, secrètement convaincu qu’ils ne s’appliquent pas à lui. [...]
    Si Narcisse ne se soucie pas de l’avenir, c’est, en partie, parce qu’il s’intéresse peu au passé. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), Préface, p. 24-25


    “[...] the devaluation of the past has become one of the most important symptoms of the cultural crisis to which this book addresses itself, often drawing on historical experience to explain what is wrong with our present arrangements. A denial of the past, superficially progressive and optimistic, proves on closer analysis to embody the dispair of a society that cannot face the future.

    (en) Christopher Lasch, The Culture of Narcissism (1979), éd. W. W. Norton & Company, 1979 (ISBN 9780393307382), Preface, p. xviii
    « [...] la dépréciation du passé est devenue l’un des symptômes les plus significatifs de la crise culturelle à laquelle ce livre est consacré. Je ferai souvent appel à l’expérience historique pour expliquer nos errements présents. Le refus du passé, attitude superficiellement progressiste et optimiste, se révèle, à l’analyse, la manifestation du désespoir d’une société incapable de faire face à l’avenir. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), Préface, p. 27


    « Vivre dans l’instant est la passion dominante — vivre pour soi-même, et non pour ses ancêtres ou la postérité. Nous sommes en train de perdre le sens de la continuité historique, le sens d’appartenir à une succession de générations qui, nées dans le passé, s’étendent vers le futur. C’est le déclin de sens du temps historique. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 31


    « Nous vivons dans un tourbillon d’images et d’échos qui interrompt l’expérience et la rejoue au ralenti. Les caméras et les machines à enregistrer ne transcrivent pas seulement le vécu, elles en altèrent la qualité. [...] La vie se présente comme une succession d’images ou de signaux électroniques, d’impressions enregistrées et reproduites par la photographie, le cinéma et la télévision, et des moyens d’enregistrement perfectionnés. La vie moderne est si complètement médiatisée par les images électroniques qu’on ne peut s’empêcher de réagir à autrui comme si leurs actions — et les nôtres — étaient enregistrées et transmises simultanément à une audience invisible ou emmagasinées pour être scrutées plus tard. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 80


    « [...] Robinson Crusoé incarne le type idéal de l’homme économique, héros de la société bourgeoise ascendante [...]. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 87


    « Le culte américain de l’amabilité cache sans la supprimer une compétition meurtrière pour l’acquisition de biens ou de postes ; au contraire, cette compétition est devenue plus sauvage à notre époque de désenchantement. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 103


    « [...] la société bourgeoise américaine est devenue une pâle copie du ghetto noir, et l’appropriation de son langage peut paraître une illustration de cette mutation. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 103


    « De nos jours, les conditions sociales se rapprochent de la vision de la société républicaine élaborée par le marquis de Sade au tout début de la Ier République. De bien des façons, celui-ci s'est montré le plus clairvoyant, et certainement le plus troublant, des prophètes de l’individualisme révolutionnaire, en proclamant que la satisfaction illimitée de tous les appétits était l’aboutissement logique de la révolution dans les rapports de propriété, la seule manière d'atteindre la fraternité révolutionnaire dans sa forme la plus pure. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 105


    « À une époque moins complexe, la publicité se contentait d’attirer l’attention sur un produit et de vanter ses avantages. Maintenant, elle fabrique son propre produit : le consommateur, être perpétuellement insatisfait, agité, anxieux, blasé. La publicité sert moins à lancer un produit qu’à promouvoir la consommation comme style de vie. Elle “éduque” les masses à ressentir un appétit insatiable, non seulement de produits, mais d’expériences nouvelles et d’accomplissement personnel. Elle vante la consommation, remède universel aux maux familiers que sont la solitude, la maladie, la fatigue, l’insatisfaction sexuelle. Mais simultanément, elle crée de nouvelles formes de mécontentements, spécifiques de l’âge moderne. Elle utilise et stimule le malaise de la civilisation industrielle. Votre travail est ennuyeux et sans signification ? Il vous donne un sentiment de fatigue et de futilité ? Votre existence est vide ? Consommez donc, cela comblera ce vide douloureux. D’où la volonté d’envelopper la marchandise d’une aura romantique d’allusions à des lieux exotiques, à des expériences merveilleuses, et de l’affubler d’images de seins féminins, d’où coulent tous les bien-faits. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 109


    « Les demandes de l’économie de la consommation de masse ont rendu caduque la morale du travail, même pour les ouvriers. Auparavant, les gardiens de la santé et la moralité publiques prêchaient l’obligation morale du travail ; maintenant, ils pressent l’ouvrier de travailler pour jouir des fruits de la consommation. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 110


    La publicité « se met du côté de la femme (ou fait semblant) contre l’oppression masculine, du côté de l’enfant contre l’autorité de ses aînés. Il est logique, du point de vue de la création de la demande que les femmes fument et boivent en public, qu’elles se déplacent librement, qu’elles affirment leurs droits au bonheur, plutôt que de vivre pour les autres. L’industrie de la publicité encourage ainsi une pseudo-émancipation qu’elle flatte en lui rappelant insidieusement “Tu reviens de loin, ma belle”, sur une marque de cigarette, et déguise sa liberté de consommer en autonomie authentique. De même, elle encense et glorifie la jeunesse dans l’espoir d’élever les jeunes au rang de consommateurs de plein droit, avec téléphone, télévision, appareil haute-fidélité dans sa chambre. L’“éducation” des masses a altéré l’équilibre des forces au sein de la famille, affaiblissant l’autorité du mari vis-à-vis de sa femme, et celle des parents vis-à-vis de leurs enfants. Mais si elle émancipe femmes et enfants de l’autorité patriarcale, ce n’est que pour mieux les assujettir au nouveau paternalisme de la publicité, des grandes entreprises industrielles et de l’État. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 110-111


    « La dégénérescence de la politique en spectacle a transformé les programmes d’action en publicité, avili le commentaire politique, et tourné les élections en événements sportifs, chaque parti proclamant que “l’élan” est de son côté. Elle a aussi rendu plus difficile que jamais l’organisation d’une opposition politique. Lorsque les images du pouvoir éclipsent sa réalité, ceux qui sont sans pouvoir se battent contre des fantômes. Dans une société où le pouvoir aime se présenter sous un aspect débonnaire — le gouvernement n’ayant que rarement recours à l’utilisation brutale de la force — il est particulièrement difficile d’identifier l’oppresseur, plus encore de le personnifier, ou de maintenir un sentiment brûlant d’injustice dans la population. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 118-119


    « Une société narcissique vénère la célébrité plus que la renommée et substitue l’envahissement du spectacle aux formes traditionnelles du théâtre, parce que celle-ci, précisément, conservaient soigneusement une certaine distance entre le public et les acteurs, entre la vénération vouée au héros et le héros lui-même. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 123


    « [...] la publicité encourage les hommes autant que les femmes à considérer la création de leur moi comme la plus haute forme de créativité. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 130


    « [...] la démocratisation de l’enseignement n’a [...] ni permis au peuple dans son ensemble de mieux comprendre la société moderne, ni amélioré la qualité de la culture populaire, ni enfin réduit l’écart entre riches et pauvres. En revanche, elle a contribué au déclin de la pensée critique et à l’abaissement des niveaux intellectuels. Cette situation nous oblige à nous demander si l’éducation de masse, en fait — et comme les conservateur l’ont toujours affirmé — n’est pas incompatible avec le maintien d’un enseignement de qualité. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 166


    Mass education, which began as a promising attempt to democratize the higher culture of the privileged classes, has ended by stupefying the privileged themselves. Modern society has achieved unprecedented rates of formal literacy, but at the same time has produced new forms of illiteracy. People increasingly find themselves unable to use language with ease and precision, to recall the basic facts of their country’s history, to make logical deductions, to understand any but the most rudimentary written texts, or even to grasp their constitutional rights.”

    (en) Christopher Lasch, The Culture of Narcissism: American Life in an Age of Diminishing Expectations (1979), éd. W.W. Norton & Company, 1979, p. 127-128
    « L’éducation de masse, qui se promettait de démocratiser la culture, jadis réservée aux classes privilégiées, a fini par abrutir les privilégiés eux-mêmes. La société moderne, qui a réussi à créer un niveau sans précédent d’éducation formelle, a également produit de nouvelles formes d’ignorance. Il devient de plus en plus difficile aux gens de manier leur langue avec aisance et précision, de se rappeler les faits fondamentaux de l’histoire de leur pays, de faire des déductions logiques, de comprendre des textes écrits autres que rudimentaires, et même de concevoir leurs droits constitutionnels. Les traditions populaires d’autonomie de l’individu ont fait place à des connaissance ésotériques gérées par des experts ; comment ne pas croire, dès lors, qu’une compétence suffisante, dans quelque domaine que ce soit, y compris l’art de se gouverner soit-même, est hors de la portée de l’homme ordinaire ? Les niveaux scolaires baissent, les victimes d’un enseignement médiocre en viennent à croire à la mauvaise opinion que les experts ont de leur capacité ; pendant ce temps, les pédagogues se plaignent d’avoir des élèves à qui l’on ne peut rien enseigner. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 169


    « L’abdication de l’autorité par les parents intensifie la peur de la punition au lieu de l’affaiblir ; elle ancre plus fermement que jamais chez l’enfant l’idée que la punition est un acte arbitraire, d’une violence irrésistible. [...] Dans une société permissive, les gens sont très surpris d’apprendre que d’être privé d’une souffrance peut être ressenti comme une frustration. Pourtant, il est beaucoup plus douloureux, pour certains enfants, d’avoir à porter une culpabilité impunie que de recevoir une fessée. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 227


    « La société renforce ces types de comportement, non seulement par “l’éducation indulgente” et l’attitude permissive qui prévaut, mais aussi par la publicité, la création des besoins et la culture hédoniste de masse. À première vue, on pourrait croire qu’une société fondée sur la consommation de masse encouragerait, chez l’individu, la gratification immodérée de tous ses désirs. Mais, à y bien regarder, on voit que la publicité moderne cherche à promouvoir non pas tant la satisfaction que le doute. Elle veut créer des besoins sans les satisfaire, engendrer des anxiétés nouvelles au lieu d’alléger les anciennes. La culture de masse entoure le consommateur d’images de la “bonne vie”, qu’elle associe à la fascination de la célébrité et de la réussite ; elle encourage ainsi l’homme ordinaire à cultiver des goûts extraordinaires, à s’identifier à la minorité privilégiée (en prenant parti contre “les autres”), et à partager avec celle-ci, dans ses fantasmes, une existence de confort exquis et de raffinement sensuel. Mais, en même temps, la propagande de la marchandise le rend très malheureux de son sort. En encourageant les aspiration grandioses, elle favorise du même coup le dénigrement et le mépris de soi. La tendance primordiale de la consommation de masse est ainsi de récapituler le processus de socialisation engendré, précédemment, par la famille. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 228


    « [...] procréation et sexualité ont été dissociées, et la vie érotique s’est trouvée ainsi libérée et valorisée pour elle-même. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 236


    « Démocratie et féminisme ont maintenant arraché le masque et on mis à nu les antagonismes sexuels jadis cachés par la “mystique féminine”. Privés des illusions que conférait la courtoisie, hommes et femmes éprouvent plus de difficultés qu’auparavant à établir des rapports amicaux ou amoureux, sans même parler de relations entre égaux. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 238


    « L’émergence de la personnalité narcissique reflète, entre autres, une évolution radicale dans notre façon de percevoir le temps historique. Le narcissisme apparaît comme la forme typique de la structure du caractère dans une société qui a perdu tout intérêt pour l’avenir. Les psychiatres qui incitent les parents à ne pas vivre par procuration au travers de leurs enfants, les couples mariés qui repoussent ou refusent carrément le moment de devenir parents, souvent pour des raisons pratiques justifiées, les réformateurs sociaux qui recommandent le degré zéro de la croissance démographique, tous témoignent d’un malaise général à l’égard de la reproduction — qui va, souvent, jusqu’à mettre en doute le droit de la société elle-même à se perpétuer. Dans ces conditions, la pensée de notre propre évincement et de notre mort devient littéralement insupportable et suscite des tentatives de suppression de la vieillesse et d’extension illimitée de la vie. Lorsque les hommes sont dans l’incapacité de trouver un intérêt quelconque à la vie terrestre qui suivra leur mort, ils rêvent d’une jeunesse éternelle, et la raison qui les y incite est la même que celle qui leur fait perdre le goût de se recréer dans leurs enfants. Quand la perspective de disparaître devient intolérable, le fait même de devenir parent, qui en scelle le destin ressemble quasiment à de l’autodestruction. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 262-263


    « [...] le mouvement en faveur de la prolongation de la vie (tout comme la futurologie en général) est le propre reflet de la stagnation de la culture du capitalisme finissant. Il n’est pas une réponse naturelle aux progrès médicaux qui ont prolongé l’espérance de vie. Il provient de l’évolution des relations et des attitudes sociales, entraînant les hommes à perdre tout intérêt pour les jeunes et pour leur postérité, à s’accrocher avec désespoir à leur propre jeunesse, à chercher à tout prix la prolongation de leur propre vie, et à ne s’effacer qu’avec une extrême répugnance devant les nouvelles générations. [...] la crainte du grand âge ne provient pas d’un “culte de la jeunesse”, mais d’un culte du moi. Par son indifférence narcissique à l’avenir des générations futures, et tout autant par sa vision grandiose d’une utopie technologique sans vieillesse, le mouvement pour la prolongation de la vie est un bon exemple du fantasme de “pouvoir absolu et sadique” qui, selon Kohut, imprègne si profondément la vision du monde de Narcisse. L’inspiration et les origines psychologiques de ce mouvement sont pathologiques comme est superstitieuse sa foi dans le salut par la médecine : il exprime, sous une forme caractéristique, les angoisses d’une culture qui croit n’avoir d’avenir. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 268-269


    « La société rend de plus en plus difficile à l’individu de trouver satisfaction dans l’amour et le travail, mais elle l’entoure simultanément de fantasmes fabriqués qui sont censés lui procurer une gratification totale. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 285


    « Notre monde se définit tout autant par une profonde révolte contre la raison que par notre foi en la science et en la technologie. Des mythes et des superstitions archaïques ont réapparu au sein même des nations les plus modernes, les plus éclairées scientifiquement et les plus progressistes du monde. [...]
    Le spiritualisme New Age, tout comme l’utopie technologique, sont enracinés dans le narcissisme primaire. Si le fantasme technologique cherche à restaurer l’illusion infantile de l’autonomie, le mouvement New Age cherche à restaurer l’illusion de la symbiose, le sentiment de ne faire qu’un avec le monde. [...]
    La spiritualité New Age peut prendre d’étranges formes, mais elle est une caractéristique éminente de notre paysage culturel, tout comme le fondamentalisme, lequel n’a cessé de progresser ces dernières années. »
    (fr) Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979), trad. Michel L. Landa, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2008 (ISBN 9782081218758), p. 303-306


    « Ceux qui aspirent à appartenir à la nouvelle aristocratie des cerveaux tendent à se regrouper sur les deux côtes, tournant le dos au pays profond, et cultivant leurs attaches avec le marché international par l’argent hyper-mobile, le luxe, la haute couture et la culture populaire. On peut se demander s’ils se pensent encore comme Américains. Il est clair en tout cas que le patriotisme ne se situe pas très haut dans leur échelle de valeurs. D’un autre côté, le “multiculturalisme” leur convient parfaitement, car il évoque pour eux l’image agréable d’un bazar universel, où l’on peut jouir de façon indiscriminée de l’exotisme des cuisines, des styles vestimentaires, des musiques et de coutumes tribales du monde entier, le tout sans formalités inutiles et sans qu’il soit besoin de s’engager sérieusement dans telle ou telle voie. Les nouvelles élites sociales ne se sentent chez elles qu’en transit, sur le chemin d’une conférence de haut niveau, de l’inauguration de gala d’un nouveau magasin franchisé, de l’ouverture d’un festival international de cinéma, ou d’une station touristique encore vierge. Leur vision du monde est essentiellement celle d’un touriste — perspective qui a peu de chances d’encourager un amour passionné pour la démocratie. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 18


    « Nous voyons en effet combien la signification de la démocratie s’est brouillée, combien nous nous sommes éloignés des prémisses sur lesquelles ce pays a été fondé. Le mot en est arrivé à servir simplement de description à l’État-thérapeute. Aujourd’hui, quand nous parlons de démocratie, nous renvoyons le plus souvent à la démocratisation de l’“estime de soi”. Les scies qui ont cours à l’heure actuelle — diversité, compassion, (re)prise de pouvoir, (re)prise de statut — expriment l’espoir indistinct que l’on pourra surmonter les divisions profondes de la société américaine à force de bonne volonté et de discours aseptisé. On nous demande de reconnaître que toutes les minorités ont droit au respect non pas en vertu de ce qu’elles on accompli mais de ce qu’elles ont souffert dans le passé. On nous explique qu’en prêtant attention avec compassion à ce qu’elles font et disent, nous aboutirons, sans bien savoir comment, à améliorer l’opinion qu’elles ont d’elles-mêmes ; l’interdiction des épithètes raciales et autres formes de discours de haine est censée faire des miracles pour leur moral. Dans cette obsession pour les mots, nous avons perdu de vue les dures réalités qu’il est impossible d’adoucir en se contentant de flatter l’image que les gens se font d’eux-mêmes. Quel avantage les habitants des bas-fonds du Bronx retirent-ils de l’application stricte des codes de discours sur les campus des universités de l’élite ? »
    (fr) Christopher Lasch, La révolte des élites et la trahison de la démocratie (1979), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2010 (ISBN 9782081236813), p. 18-19


    « Les centres commerciaux de la périphérie résidentielle ne peuvent se substituer aux quartiers d’autrefois. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 20


    « Ayant discrédité la conception du monde dominante, les minorités sont en position de la remplacer par une qui leur est propre ou du moins de s’assurer d’un temps de parole égal pour les black studies, des feminist studies, des gay studies, des Chicago studies, et autres idéologies “alternatives”. Une fois que l’on a déclaré que savoir et idéologie étaient équivalents, il n’est plus nécessaire de débattre avec vos adversaires sur un terrain intellectuel ou d’entrer dans leur manière de voir. Il suffit de les diaboliser comme étant eurocentriques, racistes, sexistes, homophobes — autrement dit, politiquement suspects. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 25


    « L’essence même de la religion est de proposer une discipline spirituelle contre le pharisaïsme. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 28


    « Dans la pratique, la diversité sert à légitimer un nouveau dogmatisme, dans lequel des minorités rivales s’abritent derrière un ensemble de croyances qui échappe à la discussion rationnelle. La ségrégation physique de la population dans des ghettos racialement homogènes et refermés sur eux-mêmes a pour pendant la balkanisation de l’opinion. Chaque groupe essaye de se claquemurer derrière ses propres dogmes. Nous sommes devenus une nation de minorités ; il ne manque que leur reconnaissance officielle en tant que telles pour achever le processus. [...] L’opinion devient ainsi fonction de l’identité raciale ou ethnique, du sexe ou de la préférence sexuelle. Des “porte-parole” auto-désignés de la minorité appliquent ce conformisme en frappant d’ostracisme ceux qui dévient de la ligne du parti — par exemple ces noirs qui “pensent blanc”. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 29-30


    « [...] nous avons perdu notre respect pour le travail manuel honnête. Nous avons du travail “créatif” l’image d’une série d’opérations mentales abstraites, accomplies dans un bureau, de préférence avec l’aide d’ordinateurs, et non pas celle de la production de nourriture, d’un toit et des autres nécessités. Les classes intellectuelles sont fatalement éloignées du côté physique de la vie — d’où leur dérisoire tentative de compenser cet éloignement en adhérant à un régime astreignant d’exercices physiques purement gratuits. Leur seul rapport avec le travail productif est en tant que consommateurs. Elles n’ont pas l’expérience de la création de quoi que ce soit de substantiel ou de durable. Elles vivent dans un monde d’abstractions et d’images, un monde virtuel consistant en modèles informatisés de la réalité — une “hyper-réalité” comme on l’a appelée — par opposition à la réalité physique immédiate, palpable, qu’habitent les femmes et les hommes ordinaires. Leur croyance à la “construction sociale de la réalité” — dogme central de la pensée post-moderne — reflète l’expérience de leur vie dans un milieu artificiel d’où a été rigoureusement banni tout ce qui résiste au contrôle humain (ainsi que, c’est inévitable, tout ce qui est familier et rassurant). Le contrôle est devenu leur obsession. Dans leur élan pour s’isoler du risque et de la contingence — pour se prémunir des aléas imprévisibles qui affligent la vie de l’homme — les classes intellectuelles se sont séparées non seulement du monde commun qui les entoure mais aussi de la réalité elle-même. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 32


    « [...] ceux qui contrôlent les flux internationaux d’argent et d’informations, qui président aux fondations philanthropiques et aux institutions d’enseignement supérieur, gèrent les instruments de la production culturelle et fixent ainsi les termes du débat public — qui ont perdu foi dans les valeurs de l’Occident, ou ce qu’il en reste. Pour beaucoup de gens, le terme même de “civilisation occidentale” appelle aujourd’hui à l’esprit un système organisé de domination conçu pour imposer la conformité aux valeurs bourgeoises et pour maintenir les victimes de l’oppression patriarcale — les femmes, les enfants, les homosexuels et les personnes de couleur — dans un état permanent d’assujettissement. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 37-38


    « Non seulement les nouveaux mouvement sociaux — le féminisme, les droits des homosexuels, les droits au minimum social, l’agitation contre la discrimination raciale — n’ont rien en commun, mais leur seule exigence cohérente vise à être inclus dans les structures dominantes plutôt qu’à une transformation révolutionnaire des rapports sociaux. [...]
    Après tout, ce sont les ouvriers et la petite bourgeoisie qui veulent voir limiter le droit à l’avortement qui se cramponnent à la famille bi-parentale comme source de stabilité dans un monde agité, qui s’oppose aux expériences de “modes de vie alternatifs”, et qui nourrissent des réserves profondes sur la discrimination positive et autres efforts d’ingénierie sociale à grande échelle. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 39


    « Autrefois, les médecins épousaient des infirmières, les avocats et les cadres supérieurs leurs secrétaires. Aujourd’hui, les hommes appartenant à la bourgeoisie aisée tendent à épouser des femmes de leur classe, partenaires d’entreprise ou de cabinet, poursuivant de leur côté une carrière lucrative. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 45


    « Leurs allégeances — si le terme n’est pas lui-même anachronique dans un tel contexte — sont internationales plutôt que nationales, régionales ou locales. Ils ont plus de choses en commun avec leurs homologues de Bruxelles ou de Hong-Kong qu’avec les masses d’Américains qui ne sont pas encore branchés dans le réseau de communications mondiales. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 46-47


    « Washington devient une parodie de la capitale du clinquant qu’est Hollywood ; les P.-D.-G. envahissent les ondes, créant du jour au lendemain des simulacres de mouvements politiques ; les stars de cinéma deviennent experts en politique, voire présidents ; la réalité et la simulation de la réalité deviennent de plus en plus difficiles à distinguer. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 49-50


    « La découverte que la méritocratie est plus efficace que l’hérédité n’a pas suffi, en soi, à inspirer ou à justifier “une transformation psychologique à la vaste échelle dont l’économie avait besoin”. De fait, “le principe héréditaire n’aurait jamais été détrôné… (poursuit le narrateur de Young) sans l’aide d’une religion nouvelle — et cette religion fut le socialisme.” Les socialistes, en “accoucheurs du progrès”, ont contribué au triomphe finale de la méritocratie en encourageant la production à grande échelle, en critiquant la famille comme une pépinière de l’individualisme conquérant et surtout en couvrant de ridicule les privilèges héréditaires et “les critères actuels du succès.” »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 54


    « [...] ségrégation des classes sociales ; mépris pour le travail manuel ; déclin des écoles pour tous ; disparition de la culture commune. Comme le décrit Young, la méritocratie a l’effet de rendre les élites plus fermement établies que jamais dans leurs privilèges [...]. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 55


    « [...] la renaissance du tribalisme renforce le cosmopolitisme chez les élites. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 58


    « La perte du caractère national de l’entreprise tend à produire une classe d’hommes cosmopolites qui se considèrent comme “des citoyens du monde, mais sans accepter... aucune des obligations que la citoyenneté dans une forme de cité sous-entend normalement.” »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 58


    « Le capital et le travail circulent librement à travers des frontières politiques qui semblent de plus en plus artificielles et impossibles à faire respecter. [...] D’un autre côté, les allégeances tribales ont rarement été mises en avant avec autant d’agressivité. Les conflits religieux et ethniques éclatent dans un pays après l’autre [...].
    C’est l’affaiblissement de l’État-nation qui sous-tend ces deux évolutions — le mouvement qui va vers l’unification et le mouvement apparemment contradictoire vers la fragmentation. L’État ne peut plus contenir les conflits ethniques, ni d’autre part les forces qui conduisent vers la mondialisation. Idéologiquement, le nationalisme se trouve attaqué sur deux fronts : par les défenseurs des particularismes ethniques et raciaux mais aussi par ceux qui soutiennent que le seul espoir de paix réside dans l’internationalisation de tout, depuis les poids et mesures jusqu’à l’imagination artistique.
    Le déclin des nations est étroitement lié à son tour au déclin mondial de la classe moyenne. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 59


    « L’isolement croissant des élites signifie entre autres choses que les idéologies politiques perdent tout contact avec les préoccupations du citoyen ordinaire. Le débat politique se restreignant la plupart du temps aux “classes qui détiennent la parole”, comme on a eu raison de les décrire, devient de plus en plus nombriliste et figé dans la langue de bois. Les idées circulent et recirculent sous forme de scies et de réflexes conditionnés. La vieille querelle droite-gauche a épuisé sa capacité à clarifier les problèmes et à fournir une carte fiable de la réalités. Dans certains secteurs, l’idée même de la réalité est mise en cause, peut-être parce que les classes qui détiennent la parole habitent un monde artificiel dans le quel des simulations de la réalité remplacent la réalité proprement dite. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 89


    « Au lieu d’affronter les évolutions politiques et sociales qui tendent à remettre en cause les idoles conventionnelles, les idéologues de droite et de gauche préfèrent s’envoyer des accusations de socialisme et de fascisme — ceci en dépit de la réalité évidente qui ni le socialisme ni le fascisme ne représentent le mouvement de l’avenir. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 90


    « Les classes intellectuelles semblent souffrir de l’illusion qu’elles sont les seules à avoir triomphé des préjugés raciaux. Selon elles, le reste du pays demeure incorrigiblement raciste. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 99


    « Le marché lui-même, l’institution centrale d’une société libérale, présuppose à tout le moins des individus éveillés, calculateurs et lucides — des parangons de choix rationnel. Il ne présuppose pas seulement l’intérêt personnel, mais un intérêt personnel éclairé. C’est pour cette raison que les libéraux du XIXe siècle attachaient tant d’importance à la famille. L’obligation de subvenir aux besoins d’une épouse et d’enfants devait, dans leur idée, discipliner l’individualisme accapareur et transformer celui qui était en puissance un joueur, un spectateur détaché, un dandy ou un escroc, en homme scrupuleux et prévoyant. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 103-104


    « Plus le capitalisme en est venu à s’identifier à la gratification immédiate et à l’obsolescence systématique, plus il s’est attaqué sans relâche aux fondements moraux de la vie de famille. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 104


    « L’abondance matérielle a affaibli les fondements moraux aussi bien qu’économiques de “l’État familial bien ordonné” qu’admiraient les libéraux du XIXe siècle. L’entreprise familiale a cédé la place à la société anonyme, l’exploitation agricole familiale a reculé (plus lentement et de façon plus douloureuse) devant une agriculture collectivisée contrôlée en définitive par les même banques qui avaient mis en œuvre la restructuration financière de l’industrie. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 104


    « Même les individus libéraux ont besoin de la discipline formatrice du caractère que constituent la famille, le quartier, l’école et l’église, tous affaiblis (et pas seulement la famille) par les intrusions du marché. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 106


    « Les quartiers ont été détruits, non seulement par le marché — c’est-à-dire, par la criminalité et la drogue ou, de façon moins spectaculaire, par les centres commerciaux suburbains — mais aussi par la planification sociale progressiste. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 107


    « [...] nos infrastructures culturelles nécessitent aussi l’attention et ne sauraient se contenter de celle, purement rhétorique, de politiciens qui font l’éloge des “valeurs de la famille” tout en menant des politiques économiques qui les sapent. Il est naïf ou bien cynique d’induire le public à croire qu’il suffit de démanteler l’État-providence pour garantir une résurgence de la coopération spontanée [...]. Les mécanismes du marché ne répareront pas le tissu de la confiance publique. Au contraire, l’effet du marché sur l’infrastructure culturelle est tout aussi corrosif que celui de l’État. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 108-109


    « Les partisans originels du marché — par exemple, Adam Smith — croyaient que l’égoïsme n’était une vertu que s’il était borné au domaine de l’échange. Ils ne défendaient ni même ne prévoyaient des conditions dans lesquelles toutes les phases de la vie seraient organisées selon les principes du marché. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 110


    « [...] l’idéologie de la compassion est en elle-même l’une des influences principales qui subvertissent la vie civique, car celle-ci dépend moins de la compassion que du respect mutuel. Une compassion mal placée dégrade aussi bien les victimes, réduites à n’être que des objets de pitié, que ceux qui voudraient se faire leurs bienfaiteurs et qui trouvent plus facile d’avoir pitié de leurs concitoyens que de leur appliquer des normes impersonnelles qui donneraient droit au respect à ceux qui les atteignent. Nous avons pitié de ceux qui souffrent, et surtout de ceux qui souffrent de manière bien visible ; mais nous réservons notre respect à ceux qui refusent d’exploiter leur souffrance à des fins de pitié. [...]
    La compassion est devenue le visage humain du mépris. Autrefois, la démocratie sous-entendait l’opposition à toutes les formes de normes inégales. Aujourd’hui, nous acceptons les normes inégales — comme toujours, elles anticipent la citoyenneté à deux vitesse — au nom du souci humanitaire. [...]
    De nos jours, il y a plus de chances pour que la démocratie meure d’indifférence que d’intolérance. La tolérance et la compréhension sont des vertus importantes, mais elles ne doivent pas devenir un prétexte pour l’apathie. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 113-115


    « Si nous pouvons surmonter les fausses polarisations que suscite aujourd’hui la politique dominée par les questions de sexe et de race, peut-être découvrirons-nous que les divisions réelles restent celles de classes. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 122


    « La discussion est risquée et imprévisible, et pour cette raison elle est éducative. Pour la plupart d’entre nous, nous tendons à y voir (comme Lippmann) le choc de dogmes rivaux, une foire d’empoigne où aucun des deux camps ne cède de terrain. Mais on ne remporte pas une discussion en faisant taire ses adversaires à force de hurlements. On la remporte en faisant changer d’avis son adversaire — chose qui ne peut arriver que si l’on accorde une écoute respectueuse aux arguments adverses et que l’on persuade quand même ceux qui les avancent qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans ces arguments. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 176-177


    « “La presse en percevant son rôle comme celui d’informer le public abandonne le rôle d’organisme chargé de faire vivre la conversation de notre culture.” Ayant adhéré à l’idéal d’objectivité de Lippmann, la presse ne sert plus à cultiver “certaines habitudes vitales” dans la communauté : “la capacité de suivre un argument, de saisir le point de vue d’autrui, d’élargir les frontières de l’entendement, de débattre les différentes finalités que l’on pourrait choisir de viser.” [...]
    Si l’information n’est pas produite par un débat public soutenu, elle sera pour l’essentiel au mieux dépourvue de pertinence, et au pire trompeuse et manipulatrice. De plus en plus, l’information est produite par des gens qui désirent promouvoir quelque chose ou quelqu’un — un produit, une cause, un candidat ou un élu — sans s’en remettre pour cela à ses qualités intrinsèques ni en faire explicitement la réclame en avouant qu’ils y ont un intérêt personnel. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 178-180


    « Un système de critères insidieusement inégaux qui se donne l’apparence de la tolérance dénie à ces minorités les fruits de la victoire pour laquelle elles se sont battues si longtemps : l’accès à la culture mondiale. Le message sous-jacent, selon lequel elles sont incapables de goûter cette culture ou d’entrer dedans, nous parvient avec tout autant de clarté dans le nouveau “pluralisme” universitaire que dans l’intolérance et l’exclusion d’autrefois ; avec davantage de clarté, même, puisqu’alors l’exclusion reposait plus sur la peur que sur le mépris. C’est ainsi que les propriétaires d’esclaves redoutaient que l’accès aux chefs-d’oeuvre de la culture euro-américaine n’encourage chez leurs esclaves le goût de la liberté. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 190


    « Comme Gramsci nous l’a enseigné il y a longtemps, aucune idéologie ne pourrait jamais atteindre à « l’hégémonie » si elle servait simplement à légitimer les intérêts d’une classe particulière et à “écarter” ceux des autres. C’est leur aptitude à répondre à des besoins et des désirs humains durables qui rend les idéologies convaincantes, même si leur conception du monde est nécessairement aveugle sur leurs propres limitations. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 195


    « La séparation de l’Église et de l’État, qui est interprétée aujourd’hui comme interdisant absolument toute reconnaissance publique de la religion, est plus profondément enracinée en Amérique que nulle part ailleurs. La religion s’est trouvée reléguée dans la coulisse du débat public. Chez les élites, elle est peu estimée — quelque chose qui sert à l’occasion des mariages et des enterrements, mais dont on peut autrement faire l’économique. L’état d’esprit sceptique, iconoclaste, est l’un des traits caractéristiques qui distinguent les classes savantes. Il est compris que leur adhésion à la culture de la critique exclut tout engagement religieux. L’attitude de ces élites à l’égard de la religion va de l’indifférence à une hostilité active. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 219


    « Le vide créé par la laïcisation a été comblé par une culture permissive qui substitue au concept de péché celui de maladie. [...] Le mouvement psychanalytique, qui est à la source de cette culture thérapeutique avait à la religion un rapport extrêmement ambigu, à la fois de complémentarité et de rivalité. La psychanalyse aussi se représentait comme guérissant les âmes, offrant un trésor de réflexions morales profondes. Sa méthode, l’introspection, la reliait à une longue tradition spéculative où l’on perçoit la connaissance de soi comme le commencement nécessaire de la sagesse. [...]
    La maladie et la santé ont remplacé la culpabilité, le péché et la pénitence comme soucis dominants de ceux qui s’efforçaient de donner du sens à la vie enfouie de l’esprit. [...]
    Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que les gens voient que l’on pouvait utiliser un point de vue thérapeutique à des fins sociales et politiques. Il a servi à lever le poids de la tare morale que l’on associait autrefois à la pauvreté et au chômage, à faire passer la responsabilité de l’individu sur la “société” et à justifier des mesures politiques conçues pour soulager ceux qui souffraient sans qu’il y aille en rien de leur faute. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 219-222


    « [...] la révolution culturelle des années soixante a discrédité l’idée de savoir public engagé. Le concept de public est devenu inséparable du phénomène de publicité. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 229


    « La barrière qui sépare le passé du présent — barrière infranchissable, dans l’imagination de la modernité — est l’expérience du désillusionnement, qui rend impossible de ressaisir l’innocence des premiers jours. Nous pourrions dire que le désillusionnent est la forme caractéristique de l’orgueil moderne, et cet orgueil ne se donne pas moins à voir dans le mythe nostalgique du passé que dans la version plus agressivement triomphante du progrès culturel qui écarte le passé sans regrets. En surface, la nostalgie a une attitude aimante dans sa recréation du passé, mais elle ne l’évoque que pour l’enterrer tout vivant. En commun avec la croyance au progrès, à laquelle son opposition n’est que de surface, elle partage l’ardeur à annoncer que le passé est mort et à nier que l’histoire ait une emprise sur le présent. Ceux qui pleurent la mort du passé et ceux qui la célèbrent partent les uns comme les autres de l’assurance que notre époque est sortie de l’enfance. »
    (fr) Christopher Lasch, La Révolte des élites et la trahison de la démocratie (1994), trad. Christian Fournier, éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2009 (ISBN 9782081236813), p. 244


    Bibliographia

    Logo.jpg
    Cheap Jerseys Wholesale Jerseys Cheap Jerseys Wholesale Jerseys Cheap Jerseys Cheap NFL Jerseys Wholesale Jerseys Wholesale Football Jerseys Wholesale Jerseys Wholesale NFL Jerseys Cheap NFL Jerseys Wholesale NFL Jerseys Cheap NHL Jerseys Wholesale NHL Jerseys Cheap NBA Jerseys Wholesale NBA Jerseys Cheap MLB Jerseys Wholesale MLB Jerseys Cheap College Jerseys Cheap NCAA Jerseys Wholesale College Jerseys Wholesale NCAA Jerseys Cheap Soccer Jerseys Wholesale Soccer Jerseys Cheap Soccer Jerseys Wholesale Soccer Jerseys