• Recensere
  • Johann Wolfgang von Goethe

    Redactio 10:25, 5 Martii 2021 a conlatore Europa7 (Disputatio | conlationes) facta
    (diff) ← Redactio superior | Redactio novissima (diff) | Redactio recentior → (diff)
    Johann Wolfgang von Goethe.jpg

    Citationes

    « Quand Ulysse parle de la mer immesurable, de la terre infinie, cela est si profondément senti, c’est vrai et humain, c’est à la fois renfermé dans des bornes étroites, et plein de mystère. À quoi me sert-il de pouvoir aujourd’hui avec chaque écolier répéter qu’elle est ronde ? Il n’en faut à l’homme que quelques mottes de terre pour soutenir sa vie, et moins encore pour y reposer ses restes. »

    — Johann Wolfgang von Goethe, Les Souffrances du jeune Werther (1774), trad. Bernard Groethuysen, éd. Gallimard, coll. « Folio », 1973 (ISBN 9782070364961), Livre deuxième, p. 111


    „Der Jude liebt das Gold und fürchtet die Gefahr
    Er weiß mit leichter Müh, und ohne viel zu wagen [...]
    Doch finden sie durch Geld den Schlüssel aller Herzen
    Und kein Geheimnis ist, vor ihnen wohl verwahrt
    Mit jedem handeln sie, nach einer eignen Art.
    Sie wissen jedermann durch Borg und Tausch zu fassen
    Der kommt nie los der sich nur einmal eingelassen [...]
    Es ist ein jeglicher in deinem ganzen Land
    Auf ein und andre Art mit Israel verwandt
    Und dieses schlaue Volk sieht Einen Weg nur offen
    So lang die Ordnung steht, so lang hats nichts zu hoffen.

    — Johann Wolfgang von Goethe, Das Jahrmarktsfest zu Plundersweilern (1778)

    « Sans grand effort et sans prendre de risque, il sait
    Tirer argent de tout pays par le négoce et l’intérêt. [...]
    L’argent leur donne aussi la clef de tous les cœurs ;
    Aucun secret n’est sûr dès qu’ils en sont porteurs.
    Il traite chacun à sa façon particulière,
    Par crédit et par change ils tiennent le pauvre hère,
    Il ne s’en sort jamais, qui s’y est pris une fois. [...]
    Si dans ton pays, n’importe qui, untel,
    Est, même de loin, un parent d’Israël,
    Ce peuple rusé y fera sa carrière,
    Mais tant que règne l’ordre, il ne pourra rien faire. »

    — Johann Wolfgang von Goethe, La Foire annuelle de Pillage-la-Ville (1778)

    Bibliographia