• Recensere
  • Jules Barbey d’Aurevilly

    Redactio 13:59, 24 Augusti 2021 a conlatore Europa7 (Disputatio | conlationes) facta (Paginam instituit, scribens '{{Image|Jules Barbey d’Aurevilly|}} == Citationes == « Cependant, les crimes de l’extrême civilisation sont, certainement, plus atroces que ceux de l’extrê...')
    (diff) ← Redactio superior | Redactio novissima (diff) | Redactio recentior → (diff)
    Jules Barbey d’Aurevilly.jpg

    Citationes

    « Cependant, les crimes de l’extrême civilisation sont, certainement, plus atroces que ceux de l’extrême barbarie par le fait de leur raffinement, de la corruption qu’ils supposent, et de leur degré supérieur d’intellectualité. »

    — Jules Barbey d’Aurevilly, Les Diaboliques (1874), éd. Gallimard, coll. « Folio classique », 2003 (ISBN 9782070302758), p. 296


    « [...] notre époque, grossièrement matérialiste et utilitaire, a pour prétention de faire disparaître toute espèce de friche et de broussailles aussi bien du globe que de l’âme humaine. Asservie aux idées de rapport, la société, cette vieille ménagère qui n’a plus de jeune que ses besoins et qui radote de ses lumières, ne comprend pas plus les divines ignorances de l’esprit, cette poésie de l’âme qu’elle veut échanger contre de malheureuses connaissances toujours incomplètes, qu’elle n’admet la poésie des yeux, cachée et visible sous l’apparente inutilité des choses. Pour peu que cet effroyable mouvement de la pensée moderne continue, nous n’aurons plus, dans quelques années, un pauvre bout de lande où l’imagination puisse poser son pied pour rêver, comme le héron sur une de ses pattes. Alors, sous ce règne de l’épais génie des aises physiques qu’on prend pour de la civilisation et du progrès, il n’y aura ni ruines, ni mendiants, ni terres vagues, ni superstitions [...]. »

    — Jules Barbey d’Aurevilly, L’Ensorcelée (1854), éd. Alphonse Lemerre, 1916, p. 2-3


    « Les journaux ! les chemins de fer du mensonge. »

    — Jules Barbey d’Aurevilly, Pensées détachées, Fragments sur les femmes (1889), éd. Alphonse Lemerre, 1889, LXVII, p. 36


    « C’était, en effet, Mme Ferjol qui avait, dans le sens le plus strict du mot, élevé Lasthénie. Elle lui avait appris tout ce qu’elle savait. Il est vrai que c’était peu de chose. Les filles nobles de ce temps-là avaient pour toute instruction de grands sentiments et de grandes manières, et elles s’en contentaient. Lorsqu’une fois elles étaient entrées dans le monde, elles y devinaient tout, sans en avoir rien appris. A présent, on leur apprend tout, et elles ne devinent plus rien. On leur oblitère toutes sortes de connaissances, et on les dispense ainsi d’avoir de la finesse, — cette gloire de nos mères ! »

    — Jules Barbey d’Aurevilly, Une Histoire sans nom (1882), éd. Flammarion, 1990 (ISBN 9782080705884), p. 67


    « Dans ce temps-là, il y avait encore des enlèvements dans le monde, avec la poésie de la chaise de poste et la dignité du danger et des coups de pistolet aux portières. À présent, les amoureux ne s’enlèvent plus. Ils s’en vont prosaïquement ensemble, dans un confortable wagon de chemin de fer, et ils reviennent, après “le petit badinage consommé”, comme dit Beaumarchais, aussi bêtement qu’ils étaient partis, et quelquefois beaucoup plus... C’est ainsi que nos plates mœurs modernes ont supprimé les plus belles et les plus charmantes folies de l’amour ! »

    — Jules Barbey d’Aurevilly, Une Histoire sans nom (1882), éd. Flammarion, 1990 (ISBN 9782080705884), p. 60


    Bibliographia

    les-diaboliques.jpg