• Modifier
  • Pierre Boutang

    Révision datée du 10 mars 2022 à 10:31 par Europa7 (discussion | contributions) (Citationes)
    Pierre Boutang.jpg

    Citationes

    « Moment terrible que celui où les cités se décomposent, où les normes mêmes de l’honneur, de la vénération et de la justice sont employées pour détruire l’honneur, la vénération, la justice [...]. »

    — Pierre Boutang, La politique (1948), éd. Les provinciales, 2017, p. 126


    « [...] toute vie humaine est close, toute civilisation est une digue contre le devenir qui anéantit (nos désespérés modernes sont essentiellement des désespérés urbains, habitants de villes où la détermination est presque perdue ; ils désespèrent, eux, de n’avoir rien à perdre). »

    — Pierre Boutang, La politique (1948), éd. Les provinciales, 2017, p. 112


    « Les cités comme l’homme, et parce qu’elles sont l’œuvre des hommes, contiennent leur mort dont les signes se manifestent à ceux qui savent les interpréter. »

    — Pierre Boutang, La politique (1948), éd. Les provinciales, 2017, p. 109


    « Le procès de Nuremberg, quelque “justes” que puissent être quelques-unes des condamnations qu’ils ont portées, est une dérision historique : qui ne voit ce qu’aurait été le procès de Washington en cas de victoire allemande ? Le bombardement de Hiroshima n’est-il pas équivalent, au point de vue de la conscience universelle, aux pires horreurs des camps de la mort ?

    La légalité est morte, parce que les hommes font des lois pour justifier leur force. Elle ne peut renaître que si une source du droit légitime est retrouvée. La légitimité a pour forme, dans le gouvernement qui la réalise, une décision de faire des lois exprimant la vérité des rapports humains à l’intérieur d’une cité. »

    — Pierre Boutang, La politique (1948), éd. Les provinciales, 2017, p. 98


    « Il y a donc une attitude où l’homme accueille l’événement historique avec tout son passé, recherche et attend de l’histoire ce qui lui est ami, c’est-à-dire ce qui est capable d’accomplir de très anciennes actions et de très anciens désirs. Et il y a l’attitude contraire qui commence par le refus du sujet de l’histoire et par une “déclaration d’étrangeté”. Cette sécession de l’homme (même lorsqu’elle prend la forme provisoire de la sécession d’une classe) constitue le véritable problème présent. »

    — Pierre Boutang, La politique (1948), éd. Les provinciales, 2017, p. 92


    Depuis la Révolution française, la « cité n’était plus fondée dans son être. Elle devait, pour ainsi dire, se justifier à chaque instant par son contenu et par les avantages qu’elle apporte aux hommes. »

    — Pierre Boutang, La politique (1948), éd. Les provinciales, 2017, p. 79


    « [...] il est de l’essence originelle de l’homme d’être engagé à sa communauté réelle, et de subordonner toute opinion et tout système de valeurs, si bien fondés qu’ils soient, lorsqu’il s’agit de l’existence de cette communauté [...]. »

    — Pierre Boutang, La politique (1948), éd. Les provinciales, 2017, p. 76
    Charles Maurras et Pierre Boutang
    Pierre Boutang et Charles Maurras

    Bibliographia

    la-politique-pierre-boutang.jpg