• Recensere
  • Aldous Huxley

    Aldous Huxley.jpg

    Citationes

    « [...] la civilisation industrielle n’est possible que lorsqu’il n’y a pas de renoncement. La jouissance jusqu’aux limites extrêmes que lui imposent l’hygiène et les lois économiques. Sans quoi les rouages cessent de tourner. [...] la passion et la neurasthénie, c’est l’instabilité. Et l’instabilité, c’est la fin de la civilisation. On ne peut avoir une civilisation durable sans une bonne quantité de vices aimables. [...] la civilisation n’a pas le moindre besoin de noblesse ou d’héroïsme. Ces choses-là sont des symptômes d’incapacité politique. Dans une société convenablement organisée comme la nôtre, personne n’a l’occasion d’être noble ou héroïque. Il faut que les conditions deviennent foncièrement instables avant qu’une telle occasion puisse se présenter. Là où il y a des guerres, là où il y a des serments de fidélité multiples et divisés, là où il y a des tentations auxquelles on doit résister, des objets d’amour pour lesquels il faut combattre ou qu’il faut défendre, là, manifestement, la noblesse et l’héroïsme ont un sens. Mais il n’y a pas de guerres, de nos jours. On prend le plus grand soin de vous empêcher d’aimer exagérément qui que ce soit. Il n’y a rien qui ressemble à un serment de fidélité multiple ; vous êtes conditionné de telle sorte que vous ne pouvez vous empêcher de faire ce que vous avez à faire. Et ce que vous avez à faire est, dans l’ensemble, si agréable, on laisse leur libre jeu à un si grand nombre de vos impulsions naturelles, qu’il n’y a véritablement pas de tentations auxquelles il faille résister. Et si jamais, par quelque malchance, il se produisait d’une façon ou d’une autre quelque chose de désagréable, eh bien, il y a toujours le soma qui vous permet de prendre un congé, de vous évader de la réalité. Et il y a toujours le soma pour calmer votre colère, pour vous réconcilier avec vos ennemis, pour vous rendre patient et vous aider à supporter les ennuis. Autrefois, on ne pouvait accomplir ces choses-là qu’en faisant un gros effort et après des années d’entraînement moral pénible. À présent, on avale deux ou trois comprimés d’un demi-gramme, et voilà. Tout le monde peut être vertueux, à présent. On peut porter sur soi, en flacon, au moins la moitié de sa moralité. Le christianisme sans larmes, voilà ce qu’est le soma. »

    — Aldous Huxley, Le Meilleur des mondes (1932), trad. Jules Castier, éd. Pocket, 2020 (ISBN 9782266283038), p. 292-294


    « Dieu n’est pas compatible avec les machines, la médecine scientifique, et le bonheur universel. Il faut faire son choix. Notre civilisation a choisi les machines, la médecine et le bonheur. »

    — Aldous Huxley, Le Meilleur des mondes (1932), trad. Jules Castier, éd. Pocket, 2020 (ISBN 9782266283038), p. 289-290


    « — [...] qu’est-ce que j’éprouverais si je le pouvais, si j'étais libre, si je n'étais pas asservi par mon conditionnement ? [...]

    Vous n’avez pas le désir d’être libre, Lenina ?

    — Je ne sais pas ce que vous voulez dire. Je le suis, libre. Libre de me payer du bon temps, le meilleur qui soit. “Tout le monde est heureux, à présent !” »

    — Aldous Huxley, Le Meilleur des mondes (1932), trad. Jules Castier, éd. Pocket, 2020 (ISBN 9782266283038), p. 125-126


    « Il n’y a, bien entendu, aucune raison pour que les totalitarismes nouveaux ressemblent aux anciens. Le gouvernement au moyen de triques et de pelotons d’exécution, de famines artificielles, d’emprisonnements et de déportations en masse, est non seulement inhumain (cela, personne ne s’en soucie fort de nos jours) ; il est — on peut le démontrer — inefficace : et, dans une ère de technologie avancée, l’inefficacité est le péché contre le Saint-Esprit. Un État totalitaire vraiment “efficient” serait celui dans lequel le tout-puissant comité exécutif des chefs politiques et leur armée de directeurs auraient la haute main sur une population d’esclaves qu’il serait inutile de contraindre, parce qu’ils auraient l’amour de leur servitude. La leur faire aimer — telle est la tâche assignée dans les États totalitaires d’aujourd’hui aux ministères de la propagande, aux rédacteurs en chef de journaux et aux maîtres d’école. »

    — Aldous Huxley, Le Meilleur des mondes (1932), trad. Jules Castier, éd. Pocket, 2020 (ISBN 9782266283038), Préface Nouvelle de l’auteur de 1946, p. 17-18


    Citationes de Aldous Huxley

    “Such a political order is founded neither on duty nor contract but on fun. The citizens are all part of a single fun machine, like the citizens of Huxley’s Brave New World. Their affection are short-lived and pleasure-soaked; the tragic spirit has sunk entirely below their horizon; and loyalty to the state is purchased by the constant provision of soma. Conversation in such a world is a matter of smiles and snapshots, of brief excitements and squeals of delight. Some think that Western societies are approaching this condition, as consumption takes over from reproduction to become the high point of the human drama.”

    (en) Roger Scruton, How to Be a Conservative (2014), éd. Bloomsbury, 2014 (ISBN 9781472924001), p. 131
    « Un tel ordre politique n’est fondé ni sur le devoir ni sur le contrat mais sur le divertissement. Les citoyens font tous partie d’une seule machine à divertissement, pareils aux citoyens du Meilleur des mondes de Huxley. Leurs affections sont de courte durée et gorgées de plaisir ; l’esprit tragique a entièrement disparu de leur horizon ; leur loyauté est achetée par l’État au prix d’une drogue euphorisante. La conversation, dans un tel monde, est une question de sourires et d’instantanés, de brèves excitations et de cris de délice. Certains pensent que les sociétés occidentales se rapprochent de cette condition, car la consommation a pris la place de la reproduction comme point culminant du drame humain. »
    (fr) Roger Scruton, De l’urgence d’être conservateur (2014), trad. Laetitia Strauch-Bonart, éd. L’Artilleur, 2016 (ISBN 9782810007103), p. 205-206


    Textus

    Bibliographia

    huxley-300x300.png