• Recensere
  • Friedrich Engels

    Friedrich Engels.jpg

    Citationes

    « En dissolvant les nationalités, l’économie libérale fit de son mieux pour généraliser l’hostilité, pour convertir l’humanité en une horde de bêtes féroces — les concurrents sont-ils autre chose ? — qui se dévorent mutuellement parce que les intérêts de chacun sont égaux à ceux de tous les autres. Après ce travail préliminaire, il ne restait plus à l’économie libérale qu’un pas à faire pour atteindre son but : il lui fallait encore dissoudre la famille. »

    — Friedrich Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique (1843-1844), trad. Kostas Papaïoannou, éd. Allia, 1998 (ISBN 9782911188886), p. 19-20


    « Vous avez civilisé les extrémités de la terre, mais c’est pour ouvrir des nouveaux champs d’action à votre basse cupidité. Grâce à vous les peuples sont des frères ; mais c’est une fraternité de voleurs. Vous avez diminué le nombre de guerres : mais c’est pour gagner davantage durant la paix, c’est pour porter à son dernier degré l’hostilité entre les individus et les guerres sans honneur de la concurrence ! »

    — Friedrich Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique (1843-1844), trad. Kostas Papaïoannou, éd. Allia, 1998 (ISBN 9782911188886), p. 19


    « On voit que, derrière la fausse humanité des modernes, se dissimule une barbarie ignorée de leurs prédécesseurs. »

    — Friedrich Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique (1843-1844), trad. Kostas Papaïoannou, éd. Allia, 1998 (ISBN 9782911188886), p. 13


    « L’économie prit ainsi un caractère philanthropique. [...] elle a déclaré que le commerce est un lien d’amitié et d’union entre les nations comme entre les individus. Tout n’est que noblesse et générosité. Mais ses présuppositions n’ont pas tardé à prévaloir de nouveau. [...] Elles suscitèrent aussi le système des fabriques et l’esclavage moderne, qui pour la cruauté et pour l’inhumanité n’a rien à envier à l’esclavage antique. La nouvelle économie, le système de la liberté du commerce, fondé sur l’Essai sur la richesse des nations d’Adam Smith, présente la même hypocrisie, la même inconséquence, la même immoralité qui, maintenant, dans tous les domaines, s’oppose à la libre humanité. »

    — Friedrich Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique (1843-1844), trad. Kostas Papaïoannou, éd. Allia, 1998 (ISBN 9782911188886), p. 10-11


    Bibliographia