• Recensere
  • John Locke

    John Locke.jpg

    Citationes

    « Il est donc clair, par la pratique des gouvernements mêmes, aussi bien que par les lois de la droite raison, qu’un enfant ne naît sujet d’aucun pays, ni d’aucun gouvernement. Il demeure sous la tutelle et l’autorité de son père, jusqu’à ce qu’il soit parvenu à l’âge de discrétion ; alors, il est homme libre, il est dans la liberté de choisir le gouvernement sous lequel il trouve bon de vivre, et de s’unir au corps politique qui lui plaît le plus. »

    — John Locke, Les deux Traités du gouvernement civil (1690), trad. David Mazel, éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1999, p. 


    Thus in the beginning all the World was America, and more so than that is now; for no such thing as money was any where known. Find out something that hath the use and value of money amongst his neighbours, you shall see the same man will begin presently to enlarge his possessions.”

    (en) John Locke, Two Treatises of Government (1689), éd. Rivington, 1824, p. 158
    « Au commencement, tout le monde était comme une Amérique, et même beaucoup plus dans l’état que je viens de supposer, que n’est aujourd’hui cette partie de la terre, nouvellement découverte. Car alors on ne savait nulle part ce que c’était qu’argent monnayé. Et il est à remarquer que dès qu’on eut trouvé quelque chose qui tenait auprès des autres la place de l’argent d’aujourd’hui, les hommes commencèrent à étendre et à agrandir leurs possessions. »
    (fr) John Locke, Traités du gouvernement civil (1689), trad. David Mazel, éd. Desveux et Royez, 1795, p. 112


    Bibliographia