• Recensere
  • Julius Evola

    Julius Evola 2.jpg

    Citationes

    « Il est inutile de se faire des illusions avec les chimères d’un quelconque optimisme : nous nous trouvons aujourd’hui à la fin d’un cycle. »

    — Julius Evola, Orientations (1950), trad. Philippe Baillet, éd. Pardès, 2011 (ISBN 9782867144509), p. 41


    « [...] nous sommes aujourd’hui au milieu d’un monde de ruines. Et la question qu’il faut se poser est celle-ci : existe-t-il encore des hommes debout parmi ces ruines ? Et que doivent-ils faire, que peuvent-ils encore faire ? »

    — Julius Evola, Orientations (1950), trad. Philippe Baillet, éd. Pardès, 2011 (ISBN 9782867144509), p. 43


    « [...] le seul résultat de la Seconde Guerre mondiale a consisté à rabaisser l’Europe au rang d’objet de puissances et d’intérêts extra-européens. »

    — Julius Evola, Orientations (1950), trad. Philippe Baillet, éd. Pardès, 2011 (ISBN 9782867144509), p. 44


    « Dans un certain sens, l’américanisme, pour nous, est plus dangereux que le communisme [...]. »

    — Julius Evola, Orientations (1950), trad. Philippe Baillet, éd. Pardès, 2011 (ISBN 9782867144509), p. 56


    « [...] nous appartiendrons à cette patrie qu’aucun ennemi ne pourra jamais occuper ni détruire. »

    — Julius Evola, Orientations (1950), trad. Philippe Baillet, éd. Pardès, 2011 (ISBN 9782867144509), p. 84


    « [...] l’idée, et l’idée seule, doit représenter la vraie patrie. [...] la fidélité inconditionnelle à une idée peut servir de bouclier contre la guerre occulte ; quand cette fidélité fléchit, quand on se plie aux finalités contingentes d’une soi-disant politique réaliste, le front de la résistance est déjà miné. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 41-198


    « [...] poser l’inégalité signifie dépasser la quantité, admettre la qualité. C’est là que se différencient les deux concepts d’individu et de personne. On peut concevoir l’individu comme une simple unité atomique, un simple numéro dans le règne de la quantité. D’un point de vue absolu, c’est une fiction, une abstraction : mais on peut y tendre, on peut faire en sorte que les différences qui définissent chaque individu se réduisent à un minimum, que prévalent des qualité communes et uniformes (entraînant comme conséquence des voies, des droits, des libertés également uniformes) et considérer cette uniformité comme une condition idéale et désirable, alors que cela correspond à une dégradation et à une dénaturation.

    Le pur individu, en effet, appartient au monde de l’inorganique plus qu’à celui de l’organique. [...] L’“individu” atomique, non lié (solutus), “libre”, se trouve donc sous le signe de l’inorganique et se situe, analogiquement, aux degrés inférieurs de la réalité. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 47


    « [...] quand on voit les catholiques d’aujourd’hui rejeter les prétendus “résidus médiévaux” de leur tradition, le Concile Vatican II et tout ce qui s’en est suivi instaurer un “aggiornamento” destructeur, le pape considérer l’O.N.U. — cette association ridicule, hybride et bâtarde — comme une sorte de préfiguration d’une future œcuménicité chrétienne vers laquelle l’Église paraît aujourd’hui entraînée, aucun doute ne subsiste, et l’on ne peut que nier péremptoirement sa capacité de fournir un soutien quelconque à un mouvement révolutionnaire conservateur et traditionaliste. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 150


    « Il convient de dénoncer cette perversion, par laquelle l’universel est mis au service du particulier. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 154


    « Nous nous contenterons de signaler ici la possibilité d’un troisième axe de référence, au delà de l’intellectualisme comme de l’anti-intellectualisme, pour dépasser la “culture” d’inspiration bourgeoise. Il s’agit de la vision du monde, — en allemand Weltanschaung. La vision du monde ne se fonde pas sur une connaissance livresque mais sur une configuration intérieure et une sensibilité ayant un caractère non pas acquis, mais inné. Il s’agit essentiellement d’une disposition, et d’une attitude, non de théorie ni d’érudition ; disposition et attitude qui ne concernent pas seulement le domaine mental, mais imprègnent aussi l’affectivité et la volonté, modèlent le caractère, se manifestent par des réactions qui ont la même sûreté que l’instinct, et confèrent un caractère d’évidence à une signification donnée de l’existence.

    Normalement, la vision du monde n’est pas quelque chose d’individuel, mais procède d’une tradition ; elle est la résultante organique des forces auxquelles un type de civilisation doit la forme qui lui est propre. En même temps, a parte subjecti, elle apparaît comme une sorte de “race intérieure”, de structure existentielle. Dans toutes les civilisations, autres que la civilisation moderne, a existé précisément une “vision du monde”, et non pas une “culture” [...], qui pénétrait les couches les plus diverses de la société. [...] Et la vision du monde peut être plus précise chez un homme sans instruction que chez un écrivain, plus ferme chez le soldat, le membre d’une souche aristocratique ou le paysan fidèle à la terre, que chez l’intellectuel bourgeois, le “professeur” ou le journaliste. [...]

    Si le brouillard se lève, il apparaîtra clairement que c’est la “vision du monde” qui, au-delà de toute “culture” doit unir ou diviser les hommes en traçant d’infranchissables frontières spirituelles ; que, même dans un mouvement politique, cette vision est primordiale, car elle a seule le pouvoir de cristalliser un type humain déterminé et de conférer ainsi un ton spécifique à une communauté donnée. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 162-165


    « [...] jamais il n’y a eu, autant qu’aujourd’hui, d’individus amorphes, ouverts à toutes les suggestions et à toutes les intoxications idéologiques, au point qu’ils deviennent les succubes, souvent sans s’en douter le moins du monde, des courants psychiques et des manipulations engendrés par l’ambiance intellectuelle, politique et sociale dans laquelle nous vivons. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 164


    « [...] l’une des conditions fondamentales d’un retour à la normale consiste à rompre la démonie qu’exerce l’économie dans le monde occidental moderne. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 167


    « [...] le judaïsme moderne, en tant que pouvoir [...], est inséparable du capitalisme et de la finance, qui appartiennent évidemment à la civilisation du tiers état [la bourgeoisie]. Il en va de même de la maçonnerie moderne : elle a préparé idéologiquement et soutenu l’avènement du tiers état, elle apparaît aujourd’hui comme la gardienne des principes de la philosophie des Lumières et de la Révolution française, ses doctrines constituant une sorte de religion laïque de la démocratie moderne, où s’est exercée et continue de s’exercer son action militante, soit avouée, soit semi-secrète. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 191-192


    « La mesure de la liberté concrète, de l’indépendance et de l’autonomie est, avant tout, la puissance. L’Europe aurait pu être encore la troisième grande force dans le monde si elle avait fait bloc et si elle avait su garder les immenses réserves de matières premières et les vastes marchés extra-européens, si un principe établi de solidarité stricte avait fait se ranger immédiatement et absolument toutes les nations européennes aux côtés de celle qui eût été, d’une façon quelconque, menacée. Mais on n’a pas suivi cette ligne de conduite qui, du reste, a peu d’antécédents dans l’histoire de l’Europe (à l’exception, par conséquent, de la période romaine et, partiellement, de celle du Moyen Age gibelin et de la Sainte-Alliance). Et les capitulations se sont succédées. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 236


    « Dans une Europe unitaire, patries et nations peuvent subsister (les communautés ethniques ont été respectées, pour une part, même dans le totalitarisme de l’U.R.S.S.). Ce qui devrait être exclu, c’est le nationalisme (avec son prolongement tératologique, l’impérialisme) et le chauvinisme, c’est-à-dire l’absolutisation fanatique d’une communauté particulière. Empire, donc, et non “Europe Nation” ou “Patrie européenne” serait, doctrinalement, le terme juste. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 238


    « Le schéma d’un empire, au sens vrai, organique (à distinguer soigneusement de l’impérialisme qui, nous l’avons vu, n’est qu’une fâcheuse exaspération du nationalisme) est celui qu’on vit à l’œuvre, par exemple, dans l’œcumène européen médiéval. Il concilie unité et multiplicité. Les États y ont le caractère d’unités organiques partielles, gravitant autour d’un unum quod non est pars (pour reprendre l’expression de Dante), c’est-à-dire d’un principe d’unité, d’autorité et de souveraineté supérieur à celui que chaque État particulier peut revendiquer. Mais le principe de l’Empire ne peut prétendre à pareille dignité que s’il transcende la sphère politique au sens étroit, en ce qu’il se fonde sur idée, une tradition, un pouvoir spirituel dont procède sa légitimité. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 239


    « L’unité européenne serait toujours précaire si elle s’appuyait sur quelque parlement international, dépourvu d’autorité supérieure, où seraient représentés des régimes politiques particuliers de type démocratique, qui, étant toujours, et d’une façon changeante, conditionnés par le bas, ne sauraient en aucune manière assurer une continuité de volonté et de direction politique. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 240


    « [...] le problème du fondement spirituel d’une Europe organiquement une reste en suspens, et si des forces révolutionnaires voulaient agir sous le signe d’une telle Europe, elles se trouveraient en quelque sorte privées d’arrières spirituels sûrs et laisseraient derrière elles un terrain mouvant et miné, à moins que l’on ne commence par combattre, de l’intérieur, sous toutes leurs formes, aiguës ou diluées, les maux qui se manifestent aujourd’hui, chez les puissances non européennes et anti-européennes, avec une ampleur macroscopique et presque comme une Némésis. Une désintoxication interne aussi poussé que possible, même s’il fallait la payait cher, apparaît donc comme une exigence fondamentale. Comment méconnaître, par exemple, abstraction faite des domaines politique et économique, l’emprise, sur le plan pratique, de l’américanisation, dans les coutumes, les goûts, les engouements des masses européennes ? »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 244


    « Il serait, bien entendu, parfaitement utopique de vouloir s’opposer, en fait, à tout ce qui constitue, sur le plan matériel, la civilisation moderne ; cela impliquerait, entre autres choses, de renoncer aux armes actuelles d’attaque et de défense. Mais on peut toujours fixer une distance et une limite. On peut circonscrire ce qui est “moderne” dans un domaine concret, “physique”, bien contrôlé, sur le plan des simples moyens, en lui superposant un ordre plus élevé, défendu comme il se doit, là où les valeurs révolutionnaires-conservatrices devraient être inconditionnellement reconnues. Hier encore, le Japon avait démontré la possibilité et la fécondité d’une telle solution. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 245


    « À ceux qui disent que les peuples européens ont aujourd’hui une culture commune et réalisent ainsi une des conditions requises pour en faire une seule nation, il faut répondre que cette culture est désormais commune, non seulement aux Européens, mais aussi à une grande partie du monde “civilisé”. Elle n’a pas de frontières. Des apports européens — livres, artistes, études, etc. — ont été assimilés par des pays non européens, et inversement ; ce nivellement général de fait (qui s’étend aux façons de vivre et aux goûts) associé à celui qu’entraînent la science et la technique, sert d’argument à ceux qui ne veulent pas une Europe unie mais un monde unifié, dans le cadre d’une organisation ou d’un État mondial. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 245-246


    « Il est claire qu’avec tout ce qui se résume dans la formule d’“antifascisme” il ne peut y avoir de compromis ni de “colloque” d’aucune sorte. La première désintoxication européenne devrait s’appliquer à cet “antifascisme”, idée fixe et mot d’ordre de la “croisade” qui a réduit l’Europe à un champ de ruines. »

    — Julius Evola, Les Hommes au milieu des ruines (1953), trad. Gérard Boulanger, éd. Pardès, 1984 (ISBN 9782867140044), p. 246


    « Le sans-caste, le serf émancipé et le paria glorifié — “l’homme libre” moderne — se heurte à la masse des autres hommes sans caste, et, pour finir, à la force brutale du collectif. La chute se poursuit donc également par cette voie : l’homme régresse du plan personnel dans l’anonymat, le troupeau, la quantité pure, chaotique, inorganique. »

    — Julius Evola, Révolte contre le monde moderne (1934), trad. Philippe Baillet, éd. L'Âge d'Homme, 1991 (ISBN 9782825101643), p. 378


    « L’aristocratie cède le pas à la ploutocratie. Le guerrier s’efface devant le banquier et l’industriel. L’économie triomphe sur toute la ligne. Le trafic avec la monnaie et l’intérêt, autrefois confiné dans les ghettos, envahi la civilisation nouvelle. Selon l’expression de Sombart, dans la terre promise du puritanisme protestant, avec l’américanisme et le capitalisme, ne vit que l’“esprit juif distillé”. Et il est naturel qu’en fonction de cette familiarité les représentants modernes du judaïsme sécularisé aient pratiquement vu s’ouvrir devant eux, pendant cette phase, la voie de la conquête du monde. Les expressions suivantes de Karl Marx sont caractéristiques : “Quel est le fond profane du judaïsme ? Le besoin pratique, l’utilité personnelle. Quel est le culte profane du juif ? Le trafic. Quel est son dieu profane ? L’argent (...). Le juif s’est émancipé d’une manière juive, non seulement en se rendant maître du marché financier, mais parce que, grâce à lui et par lui, l’argent est devenu une puissance mondiale, et l’esprit pratique juif l’esprit pratique des peuples chrétiens. Les juifs se sont émancipés dans la mesure même ou les chrétiens sont devenus juifs (...). Le dieu des juifs s’est sécularisé et est devenu le dieu mondial. Le change, voila le vrai dieu des juifs”. En fait on peut dire que la codification du trafic de l’or sous la forme du prêt et de l’intérêt, auquel le juif surtout s’était précédemment consacré, n’ayant aucun autre moyen de s’affirmer, est la base même de l’acceptation et du développement aberrant dans le monde moderne de tout ce qui est banque, finance, économie pure, jusqu’à un stade qui évoque la prolifération d’un cancer. C’est là l’étape fondamentale de l‘“ère des marchands”.

    — Julius Evola, Révolte contre le monde moderne (1934), trad. Philippe Baillet, éd. L'Âge d'Homme, 1991 (ISBN 9782825101643), p. 386-387


    Textus

    Bibliographia

    Logo.jpg