Mutata

Gustave Le Bon

1 526 octeti additi, 15 Februarius
Citationes
== Citationes ==
 
« Les Juifs n’ont possédé ni arts, ni sciences, ni industrie, ni rien de ce qui constitue une civilisation. Ils n’ont jamais apporté la plus faible contribution à l’édification des connaissances humaines. »
{{Réf Article
|titre=Rôle des Juifs dans l’histoire de la civilisation
|auteur=Gustave Le Bon
|publication=Revue scientifique
|numéro=2e semestre 1888
|date=29 septembre 1888
|tome=XVI
|page=386
}}
 
« Les conceptions de l’esprit sémitique ont la tournure grandiose, monotone et vague des horizons du désert. [...] Beaucoup de peuples civilisés anciens ont plus ou moins adopté une sorte de monothéisme local, en ce sens que chaque ville reconnaissait généralement un dieu principal — parfois une trinité comme les Égyptiens à Thèbes ou comme plus tard les chrétiens — dominant une foule plus ou moins grande de divinités inférieures tout à fait analogues aux innombrables légions d’anges et de saints du panthéon catholique [...]. Le monothéisme absolu a toujours répugné à l’ardente imagination créatrice des Aryens, il est resté le dogme des Sémites nomades, et ce dogme, ils le font aisément adopter par des populations les plus inférieures parce qu’il n’y en a pas de plus simple ni de plus aisément compréhensible pour un esprit peu développé. »
{{Réf Article
|titre=Rôle des Juifs dans l’histoire de la civilisation
|auteur=Gustave Le Bon
|publication=Revue scientifique
|numéro=2e semestre 1888
|date=29 septembre 1888
|tome=XVI
|page=389
}}
« Avec la perte définitive de l'idéal ancien, la race finit par perdre entièrement son âme. Elle n'est plus qu'une poussière d'individus isolés et redevient ce qu'elle était à son point de départ : une foule. Elle en a tous les caractères transitoires sans consistance et sans lendemain. La civilisation n'a plus aucune fixité et est à la merci de tous les hasards. La plèbe est reine et les barbares avancent. La civilisation peut sembler brillante encore parce qu'elle possède la façade extérieure qu'un long passé a créée, mais c'est en réalité un édifice vermoulu que rien ne soutient plus et qui s'effondrera au premier orage.