• Recensere
  • Charles Maurras

    Charles Maurras 2.jpg

    Citationes

    « Qui [...] érige la vie d’un homme en principe supérieur à toute justice et à tout ordre arrête la marche du monde. »

    — « La Mort ? », Charles Maurras, L'Action française, 12 octobre 1909


    « Nous bâtissons l'arche nouvelle, catholique, classique, hiérarchique, humaine, où les idées ne seront plus des mots en l'air, ni les institutions des leurres inconsistants, ni les lois des brigandages, les administrations des pilleries et des gabegies – où revivra ce qui mérite de revivre, en bas les républiques, en haut la royauté, et, par delà tous les espaces la papauté.

    Même si cet optimisme était en défaut, et si, comme je ne crois pas tout à fait absurde de la redouter, la démocratie étant devenue irrésistible, c'est le mal, c'est la mort qui devaient l'emporter, et qu'elle ait eu pour fonction historique de fermer l'histoire et de finir le monde, même en ce cas "apocalyptique", il faut que cette arche franco-catholique soit construite face au triomphe du Pire et des pires.

    Elle attestera, dans la corruption universelle, une primauté invincible de l'Ordre et du Bien. Ce qu'il y a de bon et de beau dans l'homme ne se sera pas laissé faire. Cette âme du bien l'aura emporté, tout de même, à sa manière, et, périssant dans la perte générale, elle aura fait son salut moral et peut-être l'autre. Je dis "peut-être", parce que je ne fais pas de métaphysique et m'arrête au bord du mythe tentateur, mais non sans « foi » dans la vraie colombe, comme au vrai brin d'olivier, en avant de tous les déluges. »

    • Charles Maurras, lettre de sa prison de Clairvaux à Pierre Boutang, vers 1950

    « On ne choisit pas plus sa patrie - la terre de ses pères - que l'on ne choisit son père et sa mère. »

    « Quand les Français ne s’aimaient pas, ils ne pouvaient rien souffrir qui fût de leur main, ni de la main de leurs ancêtres : livres, tableaux, statues, édifices, philosophie, sciences. Cette ingratitude pour leur patrie était si farouche qu’un étranger a pu dire que leur histoire semblait écrite par leurs propres ennemis. Ni les arts, ni les lettres, ni les idées ne trouvaient grâce, à moins de venir d’autre part. »

    • Charles Maurras, préface de Quand les Français ne s’aimaient pas, Chroniques d’une renaissance (1895-1905), Cahiers Charles Maurras, Numéros 41 à 52, 1972

    Citationes de Charles Maurras

    « Ne pouvant plus lire qu’un journal, je lis, au lieu de ceux d’autrefois, L’Action Française. Je peux dire qu’en cela je ne suis pas sans mérite. La pensée de ce qu’un homme pouvait souffrir m’ayant jadis rendu dreyfusard, on peut imaginer que la lecture d’une « feuille » infiniment plus cruelle que Le Figaro et les Débats, desquels je me contentais jadis, me donne souvent comme les premières atteintes d’une maladie de coeur. Mais dans quel autre journal le portique est-il décoré à fresque par Saint-Simon lui-même, j’entends par Léon Daudet ? Plus loin, verticale, unique en son cristal infrangible, me conduit infailliblement à travers le désert de la politique extérieure, la colonne lumineuse de Bainville. Que Maurras, qui semble détenir aujourd’hui le record de la hauteur, donne sur Lamartine une indication géniale, et c’est pour nous mieux qu’une promenade en avion, une cure d’altitude mentale. »

    • Marcel Proust, texte publié dans Marcel Proust, «  Un esprit et un génie innombrables : Léon Daudet  », Essais et articles, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1971, p. 603

    Textus

    Bibliographia


    Logo.jpg