• Recensere
  • Johann Wolfgang von Goethe

    Citationes

    « Qui ne connaît pas de langues étrangères ne sait rien de la sienne. »

    „Wer fremde Sprachen nicht kennt, weiß nichts von seiner eigenen.“

    "None are so hopelessly enslaved as those who falsely believe they are free."

    « Nul n'est plus esclave que celui qui se croit libre sans l'être. »
    „Niemand ist mehr Sklave, als der sich für frei hält, ohne es zu sein.“
    • Johann Wolfgang von Goethe, Bk. II, Ch. 5; source: Die Wahlverwandtschaften, Hamburger Ausgabe, Bd. 6 (Romane und Novellen I), dtv Verlag, München, 1982, p. 397 (II.5)

    « Qui ne sait pas tirer les leçons de trois mille ans vit au jour le jour. »

    "Which is the best government? That which teaches us to govern ourselves."

    « Quel est le meilleur gouvernement ? Celui qui nous enseigne à nous gouverner nous même. »
    „Welche Regierung die beste sei? Diejenige, die uns lehrt, uns selbst zu regieren.“

    « La culture intellectuelle peut toujours se développer, les sciences naturelles peuvent gagner toujours en étendue, en profondeur, l'esprit de l'homme peut s'élargir autant qu'il le voudra, on ne trouvera rien au-dessus de la haute doctrine morale qui brille et resplendit dans les Évangiles. »

    « C'est dans ma nature : j'aime mieux commettre une injustice que tolérer un désordre. »

    „Es liegt nun einmal in meiner Natur : ich will lieber eine Ungerechtigkeit begehen, als Unordnung ertragen.“

    « Mathematicians are like Frenchmen: whatever you say to them they translate into their own language, and forthwith it is something entirely different. »

    « Aucun homme
    Ne doit se mesurer
    Avec les dieux.

    mit Göttern
    Soll sich nicht messen
    Irgend ein Mensch.

    • Johann Wolfgang von Goethe, Gränzen der Menschheit (1789), in Goethes Schriften. Achter Band, G. J. Göschen. 1789. Seite 212–214

    « La nature n'admet pas la plaisanterie ; elle est toujours vraie, toujours sérieuse, toujours sévère ; elle a toujours raison. Les fautes et les erreurs viennent toujours de l'homme. »

    « Quand Ulysse parle de la mer immesurable, de la terre infinie, cela est si profondément senti, c'est vrai et humain, c'est à la fois renfermé dans des bornes étroites, et plein de mystère. A quoi me sert-il de pouvoir aujourd'hui avec chaque écolier répéter qu'elle est ronde ? Il n’en faut à l’homme que quelques mottes de terre pour soutenir sa vie, et moins encore pour y reposer ses restes. »

    • Johann Wolfgang von Goethe, Les Souffrances du jeune Werther (1774), trad. Bernard Groethuysen, éd. Gallimard, coll. Folio, 1973 (ISBN 9782070364961), Livre deuxième, p. 111

    Citationes de Johann Wolfgang von Goethe

    « Le monde de Goethe est passé. Le monde de Goethe est l'achèvement de plusieurs millénaires de l'histoire d'Occident... C'est le monde d'où le nôtre est sorti, mais dont le nôtre s'est déjà à ce point éloigné que Goethe paraît plus proche d'Homère que de nous. »

    Bibliographia

    Logo.jpg