• Recensere
  • Jean-Claude Michéa

    Jean-Claude Michéa.jpg

    Citationes

    « Une solution beaucoup plus simple est, évidemment, d’adopter la posture schizophrénique de la droite traditionnelle qui, selon le mot du critique américain Russel Jacoby, “vénèrent le marché tout en maudissant la culture qu’il engendre” (et dont le pendant idéologique exact est cette gauche contemporaine qui n’affirme combattre la logique du Marché — de moins en moins, il est vrai — que pour se prosterner avec enthousiasme devant la culture qu’il engendre). »

    — Jean-Claude Michéa, L’Empire du moindre mal (2007), éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2010, p. 130


    « Comme chacun peut le constater, là où les sociétés totalitaires s’en tenaient au principe simpliste, et coûteux en vies humaines, du parti unique, le capitalisme contemporain lui a substitué, avec infiniment plus d’élégance (et d’efficacité), celui de l’alternance unique. »

    — Jean-Claude Michéa, L’Empire du moindre mal (2007), éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2010, p. 122


    « [...] la capacité de sacrifier sa vie, quand les circonstances l’exigeaient, à sa communauté d’appartenance a toujours constitué la vertu proclamée des différentes sociétés traditionnelles, c’est-à-dire de celles qui confèrent une place privilégiée aux relations de face-à-face, et par conséquent, aux sentiments de honte et d’honneur. Du guerrier primitif au citoyen de la Rome antique [...], du martyr de la foi chrétienne au chevalier médiéval, c’était cette disposition permanente au sacrifice ultime qui, pour le meilleur et pour le pire, fondait officiellement l’estime de soi des individus et la garantie de leur possible gloire éternelle, que cette gloire soit profane ou sacrée.

    [...] la modernité occidentale apparaît donc comme la première civilisation de l’Histoire qui ait entrepris de faire de la conservation de soi le premier (voire l’unique) souci de l’individu raisonnable, et l’idéal fondateur de la société qu’il doit former avec ses semblables. Comme le souligne clairement Benjamin Constant, « le but des modernes est la sécurité dans les jouissances privées ; et ils nomment liberté les garanties accordées par les institutions à ces jouissances ».

    — Jean-Claude Michéa, L’Empire du moindre mal (2007), éd. Flammarion, coll. « Champs Essais », 2010, p. 28-30


    Bibliographia

    l-empire-du-moindre-mal-essai-sur-la-civilisation-liberale.jpg