• Recensere
  • Alexis de Tocqueville

    Alexis de Tocqueville.jpg

    Index

    Citationes

    « J’affirme qu’il n’y a pas de pays en Europe où l’administration publique ne soit devenue non seulement plus centralisée, mais plus inquisitive et plus détaillée ; partout elle pénètre plus avant que jadis dans les affaires privées ; elle règle à sa manière plus d’actions, et des actions plus petites, et elle s’établit davantage tous les jours, à côté, autour et au-dessus de chaque individu, pour l’assister, le conseiller et le contraindre. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 372


    « À mesure que les attributions du pouvoir central augmentent, le nombre des fonctionnaires qui le représentent s’accroît. Ils forment une nation dans chaque nation, et, comme le gouvernement leur prête sa stabilité, ils remplacent de plus en plus chez chacune d’elles l’aristocratie.

    Presque partout en Europe, le souverain domine de deux manières : il mène une partie des citoyens par la crainte qu’ils éprouvent de ses agents, et l’autre par l’espérance qu’ils conçoivent de devenir ses agents. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 371


    « L’égalité fournit chaque jour une multitude de petites jouissances à chaque homme. Les charmes de l’égalité se sentent à tous moments, et ils sont à la portée de tous ; les plus nobles cœurs n’y sont pas insensibles, et les âmes les plus vulgaires en font leurs délices. La passion que l’égalité fait naître doit donc être tout à la fois énergique et générale.

    Les hommes ne sauraient jouir de la liberté politique sans l’acheter par quelques sacrifices, et ils ne s’en emparent jamais qu’avec beaucoup d’efforts. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 121-122


    « Quand l’inégalité est la loi commune d’une société, les plus fortes inégalités ne frappent point l’œil ; quand tout est à peu près de niveau, les moindres le blessent. C’est pour cela que le désir de l’égalité devient toujours plus insatiable à mesure que l’égalité est plus grande. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 174


    Les hommes démocratiques « ne doivent rien à personne, ils n’attendent pour ainsi dire rien de personne ; ils s’habituent à se considérer toujours isolément, et ils se figurent volontiers que leur destinée tout entière est entre leurs mains.

    Ainsi, non-seulement la démocratie fait oublier à chaque homme ses aïeux, mais elle lui cache ses descendants et le sépare de ses contemporains ; elle le ramène sans cesse vers lui seul, et menace de le renfermer enfin tout entier dans la solitude de son propre cœur. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 127


    « [...] la crainte du désordre et l’amour du bien-être portaient insensiblement les peuples démocratiques à augmenter les attributions du gouvernement central [...]. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 367


    « Les peuples démocratiques haïssent souvent les dépositaires du pouvoir central ; mais ils aiment toujours ce pouvoir lui-même. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 362


    « Je promène mes regards sur cette foule innombrable composée d’êtres pareils, où rien ne s’élève ni ne s’abaisse. Le spectacle de cette uniformité universelle m’attriste et me glace, et je suis tenté de regretter la société qui n’est plus. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 400


    « Je remonte de siècle en siècle jusqu'à l'Antiquité la plus reculée ; je n'aperçois rien qui ressemble à ce qui est sous nos yeux. Le passé n'éclairant plus l'avenir, l'esprit marche dans les ténèbres. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 399


    « Dans les siècles d’égalité, chaque individu est naturellement isolé ; il n’a point d’amis héréditaires dont il puisse exiger le concours, point de classe dont les sympathies lui soient assurées ; on le met aisément à part, et on le foule impunément aux pieds. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 391


    « L’éducation, aussi bien que la charité, est devenue, chez la plupart des peuples de nos jours, une affaire nationale. L’État reçoit et souvent prend l’enfant des bras de sa mère pour le confier à ses agents ; c’est lui qui se charge d’inspirer à chaque génération des sentiments, et de lui fournir des idées. L’uniformité règne dans les études comme dans tout le reste ; la diversité comme la liberté en disparaissent chaque jour. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 371


    « Dans les sociétés démocratiques, la centralisation sera toujours d’autant plus grande que le souverain sera moins aristocratique : voilà la règle. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 368


    « Les hommes qui vivent dans les siècles d’égalité aiment naturellement le pouvoir central et étendent volontiers ses privilèges [...]. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 367


    « Comme, dans les siècles d’égalité, nul n’est obligé de prêter sa force à son semblable, et nul n’a droit d’attendre de son semblable un grand appui, chacun est tout à la fois indépendant et faible. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 360


    « Il y a deux choses qu’un peuple démocratique aura toujours beaucoup de peine à faire : commencer la guerre et la finir. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 329


    « Lorsque l’esprit militaire abandonne un peuple, la carrière militaire cesse aussitôt d’être honorée, et les hommes de guerre tombent au dernier rang des fonctionnaires publics. On les estime peu et on ne les comprend plus. Il arrive alors le contraire de ce qui se voit dans les siècles aristocratiques. Ce ne sont plus les principaux citoyens qui entrent dans l’armée, mais les moindres. On ne se livre à l’ambition militaire que quand nulle autre n’est permise. Ceci forme un cercle vicieux d’où on a de la peine à sortir. L’élite de la nation évite la carrière militaire, parce que cette carrière n’est pas honorée ; et elle n’est point honorée, parce que l’élite de la nation n’y entre plus. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 328


    « Si l’Amérique éprouve jamais de grandes révolutions, elles seront amenées par la présence des noirs sur le sol des États-Unis [...]. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 316


    « Ce qui détourne surtout les hommes des démocraties de la grande ambition, ce n’est pas la petitesse de leur fortune, mais le violent effort qu’ils font tous les jours pour l’améliorer. Ils contraignent leur âme à employer toutes ses forces pour faire des choses médiocres : ce qui ne peut manquer de borner bientôt sa vue et de circonscrire son pouvoir. Ils pourraient être beaucoup plus pauvres et rester plus grands. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 301


    « Dans les pays aristocratiques, les grands possèdent d’immenses privilèges, sur lesquels leur orgueil se repose, sans chercher à se nourrir des menus avantages qui s’y rapportent. Ces privilèges leur étant arrivés par héritage, ils les considèrent, en quelque sorte, comme une partie d’eux-mêmes, ou du moins comme un droit naturel et inhérent à leur personne. Ils ont donc un sentiment paisible de leur supériorité ; ils ne songent point à vanter des prérogatives que chacun aperçoit et que personne ne leur dénie. Ils ne s’en étonnent point assez pour en parler. Ils restent immobiles au milieu de leur grandeur solitaire, sûrs que tout le monde les y voit sans qu’ils cherchent à s’y montrer, et que nul n’entreprendra de les en faire sortir. [...]

    Lorsque au contraire les conditions diffèrent peu, les moindres avantages ont de l’importance. Comme chacun voit autour de soi un million de gens qui en possèdent de tout semblables ou d’analogues, l’orgueil devient exigeant et jaloux ; il s’attache à des misères et les défend opiniâtrement.

    Dans les démocraties, les conditions étant fort mobiles, les hommes ont presque toujours récemment acquis les avantages qu’ils possèdent ; ce qui fait qu’ils sentent un plaisir infini à les exposer aux regards, pour montrer aux autres et se témoigner à eux-mêmes qu’ils en jouissent ; et comme, à chaque instant, il peut arriver que ces avantages leur échappent, ils sont sans cesse en alarmes et s’efforcent de faire voir qu’ils les tiennent encore. Les hommes qui vivent dans les démocraties aiment leur pays de la même manière qu’ils s’aiment eux-mêmes, et ils transportent les habitudes de leur vanité privée dans leur vanité nationale. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 278


    « Parce qu’une classe est basse, il ne faut pas croire que tous ceux qui en font partie aient le cœur bas. Ce serait une grande erreur. Quelque inférieure qu’elle soit, celui qui y est le premier et qui n’a point l’idée d’en sortir, se trouve dans une position aristocratique qui lui suggère des sentiments élevés, un fier orgueil et un respect pour lui-même, qui le rendent propre aux grandes vertus et aux actions peu communes. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 222


    « Dans les siècles démocratiques, les hommes se dévouent rarement les uns pour les autres ; mais ils montrent une compassion générale pour tous les membres de l’espèce humaine. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 208-209


    « Je pense que les peuples démocratiques ont un goût naturel pour la liberté ; livrés à eux-mêmes, ils la cherchent, ils l’aiment, et ils ne voient qu’avec douleur qu’on les en écarte. Mais ils ont pour l’égalité une passion ardente, insatiable, éternelle, invincible ; ils veulent l’égalité dans la liberté, et, s’ils ne peuvent l’obtenir, ils la veulent encore dans l’esclavage. Ils souffriront la pauvreté, l’asservissement, la barbarie, mais ils ne souffriront pas l’aristocratie. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 122-123


    « Dans les siècles démocratiques, l’extrême mobilité des hommes et leurs impatients désirs font qu’ils changent sans cesse de place, et que les habitants des différents pays se mêlent, se voient, s’écoutent et s’empruntent. Ce ne sont donc pas seulement les membres d’une même nation qui deviennent semblables ; les nations elles-mêmes s’assimilent, et toutes ensemble ne forment plus à l’œil du spectateur qu’une vaste démocratie dont chaque citoyen est un peuple. Cela met pour la première fois au grand jour la figure du genre humain. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 95


    « Ainsi, la démocratie ne tend pas seulement à diriger l’esprit humain vers les arts utiles, elle porte les artisans à faire très rapidement beaucoup de choses imparfaites, et le consommateur à se contenter de ces choses. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 63


    « Parmi les différents systèmes à l’aide desquels la philosophie cherche à expliquer l’univers, le panthéisme me paraît l’un des plus propres à séduire l’esprit humain dans les siècles démocratiques ; c’est contre lui que tous ceux qui restent épris de la véritable grandeur de l’homme doivent se réunir et combattre. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 42


    « Lorsque les conditions sont inégales et les hommes dissemblables, il y a quelques individus très éclairés, très savants, très puissants par leur intelligence, et une multitude très ignorante et fort bornée. Les gens qui vivent dans les temps d’aristocratie sont donc naturellement portés à prendre pour guide de leurs opinions la raison supérieure d’un homme ou d’une classe, tandis qu’ils sont peu disposés à reconnaître l’infaillibilité de la masse.

    Le contraire arrive dans les siècles d’égalité.

    À mesure que les citoyens deviennent plus égaux et plus semblables, le penchant de chacun à croire aveuglément un certain homme ou une certaine classe diminue. La disposition à en croire la masse augmente, et c’est de plus en plus l’opinion qui mène le monde.

    Non seulement l’opinion commune est le seul guide qui reste à la raison individuelle chez les peuples démocratiques ; mais elle a chez ces peuples une puissance infiniment plus grande que chez nul autre. Dans les temps d’égalité, les hommes n’ont aucune foi les uns dans les autres, à cause de leur similitude ; mais cette même similitude leur donne une confiance presque illimitée dans le jugement du public ; car il ne leur paraît pas vraisemblable qu’ayant tous des lumières pareilles, la vérité ne se rencontre pas du côté du plus grand nombre.

    Quand l’homme qui vit dans les pays démocratiques se compare individuellement à tous ceux qui l’environnent, il sent avec orgueil qu’il est égal à chacun d’eux ; mais, lorsqu’il vient à envisager l’ensemble de ses semblables et à se placer lui-même à côté de ce grand corps, il est aussitôt accablé de sa propre insignifiance et de sa faiblesse.

    Cette même égalité qui le rend indépendant de chacun de ses concitoyens en particulier, le livre isolé et sans défense à l’action du plus grand nombre. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703545), t. 2, p. 17


    « Il y a aujourd’hui sur la terre deux grands peuples qui, partis de points différents, semblent s’avancer vers le même but : ce sont les Russes et les Anglo-Américains.

    Tous deux ont grandi dans l’obscurité ; et tandis que les regards des hommes étaient occupés ailleurs, ils se sont placés tout à coup au premier rang des nations, et le monde a appris presque en même temps leur naissance et leur grandeur. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 540


    « Le plus redoutable de tous les maux qui menacent l’avenir des États-Unis naît de la présence des noirs sur leur sol. Lorsqu’on cherche la cause des embarras présents et des dangers futurs de l’Union, on arrive presque toujours à ce premier fait, de quelque point qu’on parte. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 454


    « Les incrédules d’Europe poursuivent les chrétiens comme des ennemis politiques, plutôt que comme des adversaires religieux : ils haïssent la foi comme l’opinion d’un parti, bien plus que comme une croyance erronée ; et c’est moins le représentant de Dieu qu’ils repoussent dans le prêtre, que l’ami du pouvoir.

    En Europe, le christianisme a permis qu’on l’unît intimement aux puissances de la terre. Aujourd’hui ces puissances tombent, et il est comme enseveli sous leurs débris. C’est un vivant qu’on a voulu attacher à des morts : coupez les liens qui le retiennent, et il se relève.

    J’ignore ce qu’il faudrait faire pour rendre au christianisme d’Europe l’énergie de la jeunesse. Dieu seul le pourrait ; mais du moins il dépend des hommes de laisser à la foi l’usage de toutes les forces qu’elle conserve encore. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 408


    « Presque tous les peuples qui ont agi fortement sur le monde, ceux qui ont conçu, suivi et exécuté de grands desseins, depuis les Romains jusqu’aux Anglais, étaient dirigés par une aristocratie, et comment s’en étonner ? »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 324


    « Il y a un fait qui facilite admirablement, aux États-Unis, l’existence du gouvernement fédéral. Les différents États ont non seulement les mêmes intérêts à peu près, la même origine et la même langue, mais encore le même degré de civilisation ; ce qui rend presque toujours l’accord entre eux chose facile. Je ne sais s’il y a si petite nation européenne qui ne présente un aspect moins homogène dans ses différentes parties que le peuple américain, dont le territoire est aussi grand que la moitié de l’Europe. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 247


    « L’ambition des particuliers augmente avec la puissance de l’État ; la force des partis, avec l’importance du but qu’ils se proposent ; mais l’amour de la patrie, qui doit lutter contre ces passions destructives, n’est pas plus fort dans une vaste république que dans une petite. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 237


    « L’histoire du monde ne fournit pas d’exemple d’une grande nation qui soit restée longtemps en république [...]. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 236


    « [...] depuis l’origine des sociétés, on est d’accord sur ce point : que chaque peuple a le droit de faire juger par ses tribunaux toutes les questions qui se rapportent à l’exécution de ses propres lois. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 220


    « Lorsque le chef du gouvernement est élu, il en résulte presque toujours un défaut de stabilité dans la politique intérieure et extérieure de l’État. C’est là un des vices principaux de ce système. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 202


    « Je suis convaincu, du reste, qu’il n’y a pas de nations plus exposées à tomber sous le joug de la centralisation administrative que celles dont l’état social est démocratique. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 164


    « [...] je ne saurais concevoir qu’une nation puisse vivre ni surtout prospérer sans une forte centralisation gouvernementale.

    Mais je pense que la centralisation administrative n’est propre qu’à énerver les peuples qui s’y soumettent, parce qu’elle tend sans cesse à diminuer parmi eux l’esprit de cité. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 154


    « Il y a en effet une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer l’égalité dans la servitude à l’inégalité dans la liberté. Ce n’est pas que les peuples dont l’état social est démocratique méprisent naturellement la liberté ; ils ont au contraire un goût instinctif pour elle. Mais la liberté n’est pas l’objet principal et continu de leur désir ; ce qu’ils aiment d’un amour éternel, c’est l’égalité ; ils s’élancent vers la liberté par impulsion rapide et par efforts soudains, et, s’ils manquent le but, ils se résignent ; mais rien ne saurait les satisfaire sans l’égalité, et ils consentiraient plutôt à périr qu’à la perdre. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 115-116


    « La société est tranquille, non point parce qu’elle a la conscience de sa force et de son bien-être, mais au contraire parce qu’elle se croit faible et infirme ; elle craint de mourir en faisant un effort ; chacun sent le mal, mais nul n’a le courage et l’énergie nécessaires pour chercher le mieux ; on a des désirs, des regrets, des chagrins et des joies qui ne produisent rien de visible, ni de durable, semblables à des passions de vieillards qui n’aboutissent qu’à l’impuissance.

    Ainsi nous avons abandonné ce que l’état ancien pouvait présenter de bon, sans acquérir ce que l’état actuel pourrait offrir d’utile ; nous avons détruit une société aristocratique, et, nous arrêtant complaisamment au milieu des débris de l’ancien édifice, nous semblons vouloir nous y fixer pour toujours. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 65


    « J'avoue que dans l'Amérique j'ai vu plus que l'Amérique ; j'y ai cherché une image de la démocratie elle-même, de ses penchants, de son caractère, de ses préjugés, de ses passions ; j'ai voulu la connaître, ne fût-ce que pour savoir du moins ce que nous devions espérer ou craindre d'elle. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 69


    « Jamais la tolérance en fait de religion, la douceur dans le commandement, l’humanité et même la bienveillance, n’avaient été plus prêchées et, il semblait, mieux admises qu’au dix-huitième siècle ; le droit de guerre, qui est comme le dernier asile de la violence, s’était lui-même resserré et adouci. Du sein de mœurs si douces allait cependant sortir la révolution la plus inhumaine ! »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 295


    « Le gouvernement ayant pris ainsi la place de la Providence, il est naturel que chacun l’invoque dans ses nécessités particulières. Aussi rencontre-t-on un nombre immense de requêtes qui, se fondant toujours sur l’intérêt public, n’ont trait néanmoins qu’à de petits intérêts privés. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 


    « On tombe assez d’accord aujourd’hui, ce me semble, que la centralisation administrative et l’omnipotence de Paris sont pour beaucoup dans la chute de tous les gouvernements que nous avons vus se succéder depuis quarante ans. Je ferai voir sans peine qu’il faut attribuer au même fait une grande part dans la ruine soudaine et violente de l’ancienne monarchie, et qu’on doit le ranger parmi les principales causes de cette révolution première qui a enfanté toutes les autres. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 169


    « J’arrête le premier Américain que je rencontre, soit dans son pays, soit ailleurs, et je lui demande s’il croit la religion utile à la stabilité des lois et au bon ordre de la société ; il me répond sans hésiter qu’une société civilisée, mais surtout une société libre, ne peut subsister sans religion. Le respect de la religion y est, à ses yeux, le plus grande garantie de la stabilité de l’État et de la sûreté des particuliers. Les moins versés dans la science du gouvernement savent au moins cela. Cependant il n’y a pas de pays au monde où les doctrines les plus hardies des philosophes du dix-huitième siècle, en matière de politique, soient plus appliquées qu’en Amérique ; leurs seules doctrines antireligieuses n’ont jamais pu s’y faire jour, même à la faveur de la liberté illimitée de la presse. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 244


    « Qui cherche dans la liberté autre chose qu’elle-même est fait pour servir. Que manque-t-il à ceux-là pour rester libres ? Quoi ? Le goût sublime de l'être. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 259


    Alexis de Tocqueville 3.jpg

    « La Révolution française ne sera que ténèbres pour ceux qui ne voudront regarder qu'elle ; c'est dans les temps qui la précèdent qu'il faut chercher la seule lumière qui puisse l'éclairer. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 298


    « Une nation fatiguée de longs débats consent volontiers qu’on la dupe, pourvu qu’on la repose, et l’histoire nous apprend qu’il suffit alors pour la contenter de ramasser dans tout le pays un certain nombre d’hommes obscurs ou dépendants, et de leur faire jouer devant elle le rôle d’une assemblée politique, moyennant salaire. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 236


    « [...] des entrailles mêmes d'une nation qui venait de renverser la royauté on vit sortir tout à coup un pouvoir plus étendu, plus détaillé, plus absolu que celui qui avait été exercé par aucun de nos rois. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 297-298


    « On croit que les théories destructives qui sont désignées de nos jours sous le nom de socialisme sont d'origine récente ; c'est une erreur : ces théories sont contemporaines des premiers économistes. Tandis que ceux-ci employaient le gouvernement tout-puissant qu'ils rêvaient à changer les formes de la société, les autres s'emparaient en imagination du même pouvoir pour en ruiner les bases.

    Lisez le Code de la Nature par Morelly, vous y trouverez, avec toutes les doctrines des économistes sur la toute-puissance de l'État et sur ses droits illimités, plusieurs des théories politiques qui ont le plus effrayé la France dans ces derniers temps, et que nous nous figurions avoir vues naître : la communauté de biens, le droit au travail, l'égalité absolue, l'uniformité en toutes choses, la régularité mécanique dans tous les mouvements des individus, la tyrannie réglementaire et l'absorption complète de la personnalité des citoyens dans le corps social.

    « Rien dans la société n'appartiendra singulièrement ni en propriété à personne, dit l'article 1er de ce Code. La propriété est détestable, et celui qui tentera de la rétablir sera renfermé pour toute sa vie, comme un fou furieux et ennemi de l'humanité. Chaque citoyen sera sustenté, entretenu et occupé aux dépens du publie, dit l'article 2. Toutes les productions seront amassées dans des magasins publics, pour être distribuées à tous les citoyens et servir aux besoins de leur vie. Les villes seront bâties sur le même plan ; tous les édifices à l'usage des particuliers seront semblables. A cinq ans tous les enfants seront enlevés à leur famille et élevés en commun, aux frais de l'État, d'une façon uniforme. » Ce livre vous paraît écrit d'hier : il date de cent ans ; il paraissait en 1755, dans le même temps que Quesnay fondait son école : tant il est vrai que la centralisation et le socialisme sont des produits du même sol ; ils sont, relativement l'un à l'autre, ce que le fruit cultivé est au sauvageon. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 254-255


    « On a dit que le caractère de la philosophie du dix-huitième siècle était une sorte d’adoration de la raison humaine, une confiance sans bornes dans sa toute-puissance pour transformer à son gré lois, institutions et mœurs. Il faut bien s’entendre : c’était moins encore, à vrai dire, la raison humaine que quelques-uns de ces philosophes adoraient que leur propre raison. Jamais on a montre moins de confiance que ceux-là dans sagesse commune. Je pourrais en citer plusieurs qui méprisaient presque autant la foule que le bon Dieu. Ils montraient un orgueil de rivaux à celui-ci et un orgueil de parvenus à celle-là. La soumission vraie et respectueuse pour les volontés de la majorité leur était aussi étrangère que la soumission aux volontés divines. Presque tous les révolutionnaires ont montré depuis ce double caractère. Il y a bien loin de là à ce respect témoigné par les Anglais et les Américains aux sentiments de la majorité de leurs concitoyens. Chez eux, la raison est fière et confiante en elle-même, mais jamais insolente ; aussi a-t-elle conduit à la liberté, tandis que la nôtre n’a guère fait qu’inventer de nouvelles formes de servitude. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), p. 358


    « Le plus grand soin d'un bon gouvernement devrait être d'habituer peu à peu les peuples à se passer de lui. »

    — Lettre à Harrison Gray Otis, 21 septembre 1831

    — Alexis de Tocqueville, Œuvres, papiers et correspondances : Voyages en Sicile et aux Etats-Unis, éd. Gallimard, 1951, p. 90


    Alexis de Tocqueville 6.jpg

    « La vérité est, vérité déplorable, que le goût des fonctions publiques et le désir de vivre de l'impôt ne sont point chez nous une maladie particulière à un parti, c'est la grande et permanente infirmité de la nation elle-même ; c'est le produit combiné de la constitution démocratique de notre société civile et de la centralisation excessive de notre gouvernement ; c'est ce mal secret, qui a rongé tous les anciens pouvoirs et qui rongera de même tous les nouveaux. »

    — Alexis de Tocqueville, Souvenirs, éd. Calmann Lévy, 1893, p. 44


    « Ce n’est pas toujours en allant de mal en pis que l’on tombe en révolution. Il arrive le plus souvent qu’un peuple qui avait supporté sans se plaindre, et comme s’il ne les sentait pas, les lois les plus accablantes, les rejette violemment dès que le poids s’en allège. Le régime qu’une révolution détruit vaut presque toujours mieux que celui qui l’avait immédiatement précédé, et l’expérience apprend que le moment le plus dangereux pour un mauvais gouvernement est d’ordinaire celui où il commence à se réformer. »

    — Alexis de Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution (1856), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1993 (ISBN 9782080705006), chap. IV, p. 


    « Sous le gouvernement absolu d’un seul, le despotisme, pour arriver à l’âme, frappait grossièrement le corps ; et l’âme, échappant à ces coups, s’élevait glorieuse au-dessus de lui ; mais dans les républiques démocratiques, ce n’est point ainsi que procède la tyrannie ; elle laisse le corps et va droit à l’âme. »

    — Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1835-1840), éd. Flammarion, coll. « Garnier Flammarion », 1981 (ISBN 9782080703538), t. 1, p. 


    Citationes de Alexis de Tocqueville

    « Rien de plus noble que l'aristocrate libéral — comme Tocqueville —, pour lequel la liberté de tous est le privilège qu'il incombe à la classe dirigeante de défendre. »

    Nicolás Gómez Dávila, Les Horreurs de la démocratie, trad. Michel Bibard, éd. Éditions du Rocher, coll. « Anatolia », 2003 (ISBN 9782268044675), p. 29


    Textus

    Bibliographia


    Logo.jpg